Volume 29 Numéro 05 Le 19 octobre 2011

Le bien-être animal avant tout


Par Agricom
redaction@journalagricom.ca


Unis par un engagement solide à l’égard des soins responsables aux animaux d’élevage, plusieurs acteurs du secteur agricole se sont rassemblés à l’occasion de la Conférence nationale sur les soins aux animaux d’élevage à Ottawa les 5 et 6 octobre. Plus de 130 délégués – éleveurs et vétérinaires, défenseurs des animaux et représentants de services alimentaires – ont pris part à cette rencontre, qui était organisée par le Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage (CNSAE), l’organisme chef de file des initiatives concertées de soins aux animaux au Canada.

La conférence, qui avait pour thème « Faire progresser les soins aux animaux et réfléchir aux attentes du marché », comportait une impressionnante brochette de conférenciers de toute l’industrie agroalimentaire.

 « Nous allons tracer la voie à suivre et montrer que notre action disciplinée change déjà pour le mieux le bien-être des animaux d’élevage et améliore la communication avec le public au sujet des soins que reçoivent ces animaux » a affirmé Robin Horel, PDG du Conseil canadien des transformateurs d’œufs et de volailles (CCTOV) et vice-président du CNSAE dans son allocution d’ouverture.

Codes de pratique

Jackie Wepruk, la directrice générale du CNSAE, a partagé les progrès réalisés au chapitre des codes de pratiques du Canada, qui sont la conception nationale des besoins et des pratiques exemplaires recommandées en matière de soins aux animaux d’élevage.

Huit codes sont en cours de révision actuellement, un nombre sans précédent qui témoigne de l’engagement solide de l’industrie envers le bien-être et la protection des animaux d’élevage.

Les Producteurs laitiers du Canada ont été les premiers à renouveler leur code de pratiques et mettront bientôt le Modèle d’évaluation des soins aux animaux (MESA) à l’essai. « Dans l’industrie laitière, nous savons très bien que le bien-être animal crée une situation bénéfique à tous. Une vache heureuse est une vache qui me cause moins de problèmes à moi, l’éleveur, qui donne plus de lait au transformateur et qui a une meilleure vie » a affirmé Ron Maynard, représentant de l’organisme.

Geoff Urton, directeur du bien-être animal à la SPCA de la Colombie-Britannique et chef d’équipe national des initiatives concernant les animaux d’élevage à la Fédération des sociétés canadiennes d’assistance aux animaux, a aussi donné son appui aux codes et à l’élaboration de programmes d’évaluation à la ferme. « Les codes ne se situent pas au point final, mais à mi-parcours. Avec la base que constitue le CNSAE, ils sont un excellent moyen d’encadrer notre action. Mais nous devons continuer à les peaufiner pour qu’ils donnent vraiment l’assurance que les animaux sont traités selon des normes acceptables dans les exploitations agricoles, a-t-il dit. Je tiens à féliciter les associations de l’industrie qui ont déjà fait des pas dans cette direction. »

Les participants ont aussi entendu des chercheurs scientifiques, des représentants du gouvernement, des producteurs, ainsi que des conférenciers étrangers. On trouvera plus d’information sur la conférence, y compris le texte intégral des présentations, sur le site www.nfacc.ca/2011-conference-cnsae.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *