Volume 33 Numéro 20 Le 17 juin 2016

Le désherbage mécanique version 2.0


Le Bonirob, un robot autonome conçu par Deepfield Robotic pour le désherbage mécanique des cultures.

Nicolas Witty-Deschamps

Par Nicolas Witty-Deschamps
Chroniqueur
info@journalagricom.ca


Sûrement que plusieurs d’entre vous se rappellent du sarclage entre les rangs de maïs, du passage de la « picoteuse » ou des peignes dans les champs de céréales. Peut-être les utilisez-vous encore aujourd’hui. Que ce soit en travail mécanique combiné à l’usage de pesticide ou au désherbage thermique, la guerre aux mauvaises herbes est un enjeu chaque année. En 2016, qui aurait dit que le désherbage mécanique se préparait à un retour en force? Bien que les intrants soient de plus en plus dispendieux, il y a surtout remise en cause de l’efficacité de certains herbicides due à un phénomène de résistance de certaines mauvaises herbes ce qui nécessite des contrôles variés afin de les éliminer.

Le Bonirob de Deepfield Robotic

La « startup » Deepfield Robotic développe le Bonirob. Cette jeune entreprise d’une douzaine d’employés appartient à la société Robert Bosch group. Quant au Bonirob, il s’agit d’un robot autonome conçu pour le désherbage mécanique des cultures. Au lieu d’utiliser des dents pour sarcler ou des peignes, il utilise l’air comprimé pour écraser et détruire la mauvaise herbe à l’aide d’un pointeau percuteur. Le simple fait que le robot peut travailler tous les jours dans les parcelles permet de détruire les mauvaises herbes durant les phases critiques du développement de la culture semée. La nouvelle génération de robot de la société Deepfield comprendra plusieurs pointeaux percuteurs pneumatiques disposés en une rangée afin de couvrir plus rapidement et plus efficacement les superficies en culture. Il mesure 1,80 m de large, est alimenté par une génératrice à essence et l’entraînement est assuré par un différentiel électrique. Il est équipé d’un GPS. Le nouveau prototype a été présenté lors d’Agritechnica 2015. Il permet de détruire 20 mauvaises herbes par seconde afin de couvrir un hectare en trois heures environ. Vous pouvez visionner la vidéo en suivant le lien :

http://www.deepfield-robotics.com/videos/DR_Agritechnica_day_5.mp4

www.deepfield-robotics.com

L’Anatis de Carré

La société Carré a développé conjointement avec Naio technologie le robot bineur Anatis. Il est alimenté par des batteries et dispose d’une autonomie moyenne de quatre heures en travaux de sarclage. Il a été conçu afin de désherber mécaniquement et de manière autonome les cultures maraîchères en rang. Il permet de désherber trois rangs à la fois grâce à ses quatre éléments bineurs. En plus du désherbage, le robot récolte des informations sur la température ambiante du sol, le nombre de plants de cultures, l’hygrométrie et l’enherbement en mauvaises herbes.

www.carre.fr/entretien-des-cultures-et-prairies/robot-bineur/61-anatis.html

EcoRobotix, le désherbage aux herbicides en dose réduite

La société Eco Robotix a développé un robot autonome alimenté par des panneaux solaires. Ce robot est équipé d’un module GPS, d’une caméra qui permet de différentier les mauvaises herbes de la culture grâce au traitement d’imagerie via l’ordinateur intégré ainsi qu’un bras qui permet d’asperger de faibles doses d’herbicide, uniquement sur les mauvaises herbes sur une largeur d’un mètre. Ce robot permet de réduire les dosages d’herbicide utilisé dans les cultures. Il est simplifié afin que l’agriculteur ait le moins de manipulation à faire. Il suffit à celui-ci d’apporter le robot dans le champ derrière son tracteur. Par la suite il peu piloter ce dernier afin de le positionner grâce à sa tablette tactile qui communique avec le robot. Il suffit d’enclencher le mode automatique et le robot commence l’opération de pulvérisation d’herbicide.

www.ecorobotix.com

Le Bonirob de Deepfield Robotic

news_151008_detail_content_big_2.jpg

photo courtoisie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *