Volume 23 Numéro 03 Le 15 septembre 2005

Le Festival de la curd: Un gros succès sur tous les plans

Par Pierre Glaude


Visiblement heureux du succès qu’a connu le Festival de la curd de St-Albert, ci-haut trois grands responsables de l’événement. De gauche à droite, Réjean Ouimet, gérant général de la Fromagerie coopérative de St-Albert, Jean Gour, président du Conseil d’

Le Festival de la curd de St-Albert a connu, encore cette année un vibrant succès. L’événement qui avait lieu du 18 au 21 août dernier sur l’emplacement même de la célèbre fromagerie coopérative a attiré presque autant de gens que l’an passé malgré des périodes pluvieuses.

« Vivre » le festival
Plusieurs bénévoles qui ont rencontré Agricom sur place à son kiosque ont expliqué ce succès par le fait que de nombreuses personnes venaient « vivre » l’ensemble du festival plutôt que d’y rendre visite pour un événement particulier.

En effet, Agricom a été à même de constater qu’il y avait sur place un parc de roulottes et de véhicules récréatifs motorisés bien rempli et qu’à de nombreuses activités, que ce fut un bingo, un concert ou une dégustation, en reconnaissait souvent les mêmes visages. Autre constat, l’énorme chapiteau était toujours bien rempli, qu’importe l’activité.

Une préparation méticuleuse
Tout au cours de l’événement, Agricom a pu suivre les organisateurs pour partager leurs craintes, leurs temps forts, leurs préoccupations et leurs joies. Lyne Desnoyers est officiellement la directrice générale de l’événement depuis un an. Au cours des dernières années elle a toujours donné un bon coup de pouce et elle est très familière avec l’évolution du festival.

Agricultrice et copropriétaire de la ferme familiale à St-Albert, elle a aussi à son actif quinze années d’expérience dans des bureaux d’experts comptables. Avec son conseil d’administration formé de neuf bénévoles, elle a visiblement les choses bien en main.

« Le plus difficile et le plus stressant, c’est de voir à ce que le tout soit bien en place durant la dernière semaine. La plupart de nos contrats (tentes, chanteurs, son et lumière etc.) sont signés durant le mois de novembre qui précède et beaucoup d’imprévus peuvent arriver à la dernière minute », nous dit Lyne. « Il faut donc de longues heures de travail durant toute l’année pour faire en sorte qui tout arrivera à point. Il nous faut solliciter de nombreuses offres de service et négocier les détails d’importants contrats », ajoute madame Desnoyers.

Des « gros noms » dans un petit village
Elle explique aussi que le choix des « gros noms » des spectacles est toujours quelque chose de difficile. « On veut choisir des vedettes qui attireront notre clientèle en majorité franco-ontarienne mais nos choix sont parfois hors de portée ou non-disponibles ». Par contre, cette capacité qu’a le festival de la « curd » d’attirer des vedettes dans le tout petit village de St-Albert, est, pour les organisateurs, une grande source de fierté.

Cette année, le chanteur très populaire Boom Desjardins et le groupe Les Respectables ont rempli le chapiteau à craquer. « Nous sommes vraiment fiers de pouvoir amener dans notre petit village franco-ontarien de St-Albert, des artistes de renom qui ne savaient même pas que St-Albert existe et qu’ils avaient des admirateurs francophones en Ontario. L’un des artistes ne savait même pas ce qu’est une ?curd’ et on lui en a fait manger », ajoute en riant madame Desnoyers.

Le conseil d’administration formé de bénévoles se sent aussi récompensé de bien d’autres façons. « Bien sûr, la popularité de tous nos fromages qui se manifeste avec force tout au long du festival est une autre source de fierté ».

Il y a aussi le fait que les gens font de cette fête un événement familial. « C’est souvent en famille et entre amis qu’on joue au bingo, qu’on vient applaudir les artistes locaux, qu’on participe aux dégustations ou au brunch », ajoute la directrice générale. Agricom a aussi pu remarquer que les jeunes étaient omniprésents et attirés entre autres par un tournoi de ballon volant. C’est de bonne augure pour les années à venir.

Les organisateurs ont aussi tenu à souligner que ce festival ne pourrait avoir lieu sans l’aide des quelque cent cinquante bénévoles. « On ne pourra jamais assez les remercier », a conclu un membre du comité organisateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *