Le 2 septembre 2004

Le Musée du pionnier de St-Albert : Le reflet de nos pionniers

Par Nathalie Forgues


Certains membres du comité du Musée du pionnier ont revêtu les habits d’autrefois pour accueillir les gens lors du lancement officiel, le 21 août dernier. De gauche à droite, Guy Lauzon, Yvon Bourgeois, Ginette Goulet, Liliane Lauzon, Manon Bourgeois et J

Le 21 août dernier avait lieu l’ouverture officielle du Musée du pionnier de St-Albert. Représentant la vie familiale des années 1874 à 1924, soit le demi-siècle suivant la fondation du village de St-Albert, le Musée veut préserver et transmettre ce patrimoine aux générations futures.

Près de 200 personnes ont visité la première maison du Musée du pionnier lors du Festival de la « curd ». Pour certains, ce fut un retour aux souvenirs d’enfance tandis que d’autres ont pu y découvrir une autre époque. « Il est intéressant de voir que les gens travaillaient beaucoup avec presque rien, note Réjean Bourgeois de St-Albert. Ça vaut la peine d’être vu. »

Pour sa part, Réjeanne Bourgeois, également originaire de St-Albert, est fière de dire que les gens pourront découvrir un patrimoine qui est tellement riche.

L’intérêt pour le projet remonte à l’automne dernier lorsque Yvon Bourgeois, conseiller municipal, fait visiter le village de St-Albert à Ginette Goulet, agente de développement économique pour la municipalité de la Nation. C’est en voyant une vieille maison en billots sur l’ancienne ferme paternelle de M. Bourgeois que l’idée de sauvegarder le patrimoine a pris de l’ampleur.

Un comité organisateur composé de Ginette Goulet ? gestionnaire du projet, de Yvon Bourgeois, Marie Richer, Michel Bourgeois, Manon Bourgeois, Guy Lauzon, Julie Bourgeois, Nancie Senécal, Madeleine Burelle et Réjean Ouimet, est ensuite formé. C’est ainsi que l’idée de fonder le Musée du pionnier s’est concrétisée.

Une première maison leur a été offerte par J & R Adam ltée. Depuis maintenant deux mois, plusieurs bénévoles offrent de leur temps afin de rénover la première demeure historique. Celle-ci, construite au centre du village en 1892, représente les débuts d’un village d’antan de l’Est ontarien. « Le plus gros des travaux est terminé mais on voudrait que tout soit complété pour le Festival du patrimoine », ajoute M. Bourgeois.

Stimuler l’économie locale
C’est un projet à long terme qui se développe tranquillement au sein du petit village de St-Albert. « Le but du projet est de rendre hommage à nos pionniers, de stimuler l’économie locale et de créer de l’emploi dans la région », indique M. Bourgeois.

Tout comme le Village du Haut-Canada, le Musée du pionner de St-Albert va offrir des emplois d’été aux étudiants leur permettant d’apprendre le vrai travail de pionnier. Les gens pourront apprendre à faire du pain, à faire du métier à tisser et d’autres travaux manuels d’époque.

Éventuellement, on souhaite faire du Musée du pionnier un attrait touristique que les gens pourront visiter du mois de mai au mois d’octobre. Plusieurs possibilités ont été proposées par les membres du comité qui discuteront, dès cet automne, de la vison future du Musée.

Sauvegarder le patrimoine
Pour la première année, le comité a ouvert les portes du Musée aux intéressés lors du Festival de la « curd »et ceux qui n’ont pas eu la chance de visiter la première demeure historique, pourront se reprendre lors du Festival du patrimoine agricole et culturel franco-ontarien de St-Albert à la fin septembre prochain.

« C’est une façon de faire sortir le patrimoine de derrière les maisons et de sortir les antiquités du grenier, ajoute Mme Goulet. De plus, avec la venue de l’Écho d’un peuple, on voulait offrir autre chose aux touristes. C’est également une façon de complémenter l’histoire de l’Écho d’un peuple. »

Ainsi, le développement du Musée du pionnier permettra de sauvegarder certaines maisons qui auraient éventuellement disparues. On prévoit que dix autres maisons viendront joindre celles déjà en place.

Un village n’est pas complet sans la présence de certains commerces et certaines institutions. Parmi les membres du comité, les idées ne manquent pas. Certains veulent voir une église, un magasin général et une école tandis que d’autres veulent créer une réplique d’une ferme et d’une fromagerie d’autrefois.

Une contribution fort appréciée
Cette année, la contribution de commanditaires majeurs, dont la Fromagerie St-Albert qui a fait don d’un terrain de six acres, J & R Adam ltée qui a donné la maison, la Municipalité de la Nation qui a offert 9000 $, Guy Lauzon pour l’équipement et les matériaux de construction, ainsi que CDS Moving pour le déménagement de la maison, a permis de réaliser le projet.

« Le patrimoine, j’y crois, souligne Réjean Ouimet, gérant de la Fromagerie. C’est une autre fierté pour le village de St-Albert. On va avoir quelque chose que les autres n’ont pas. »

« C’est grâce à la Fromagerie et à la municipalité que le projet s’est réalisé, mentionne Yvon Bourgeois. Également, un gros merci à tous les membres du comité, les bénévoles, les commanditaires et les gens qui ont bien voulu prêter leurs antiquités, c’est grâce à eux que nous pourrons valoriser nos pionniers. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *