Volume 33 Numéro 03 Le 18 septembre 2015

Le Nord prend son agriculture en charge


Le maire de Témiskaming Shores, Carmen Kidd procède à la coupe du ruban. À sa gauche on reconnaît, Charlie Angus, député fédéral pour Timmins — Baie-James et à l’extrême droite, John Vanthof, député provincial pour Témiskaming — Cochrane. Les élus sont en compagnie de représentants de Fed-Nor, de NOFIA et du MAAARO.

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


Pour quelqu’un qui veut connaître le potentiel agricole dans le nord de l’Ontario, il y a maintenant un site Web complet qui décrit les 10 régions agricoles du nord de l’Ontario.Ce nouveau site : wwwfarmnorth.com est une des initiatives de NOFIA (Northern Agriculture Farm Innovation Alliance).

NOFIA est un organisme dont le mandat est la recherche et le développement de l’agriculture dans le nord de la province. Son conseil d’administration, à l’origine, était composé du même groupe de personnes qui a organisé le Concours international de labour à Earlton en 2009. Depuis, le ministère de l’Agriculture a demandé au groupe de développer un plan d’affaires pour les trois stations de recherche. C’est un secret de Polichinelle que d’ignorer que le Ministère voudrait bien les remettre aux agriculteurs.

Le site Web de NOFIA contient beaucoup de données sur le climat, la qualité des sols, les cultures, les fournisseurs, les organisations, la recherche passée et en cours, un profil des communautés et bien autres choses. Il est présentement en anglais, mais le français s’en vient. Le site contient un forum et les agriculteurs pourront communiquer entre eux d’une région à l’autre, ce qui manque cruellement à l’heure actuelle. L’objectif du site est de donner un portrait en agriculture de tout le district et cela avec tous les renseignements à un seul endroit. Avant de lancer le site, NOFIA a rencontré les groupes d’agriculteurs dans chacune des 10 régions. Il s’agissait de connaître leurs défis et leurs besoins en recherche appliquée.

Le 31 août dernier, au lancement officiel, Barry Potter, de la station de recherche de New Liskeard, affirmait : « Nous recevons au moins un téléphone par semaine d’agriculteurs qui veulent en savoir plus sur les régions; dans le Nord, le coût de l’acre est intéressant. »

Pour le maire de Témiskaming Shores, Carmen Kidd, ancien agriculteur lui-même, cet outil est accueilli avec enthousiasme. « C’est très énergisant pour nous parce l’agriculture est ce qui stabilise l’économie contrairement aux mines ou la forêt qui sont cyclique. »

En plus de l’outil de renseignements, NOFIA  est devenu l’organisme qui distribue les subventions. Ainsi plus de 3 300 acres ont été défrichées ou drainées en 2014.

La communauté agricole fonde beaucoup d’espoir sur NOFIA. Déjà le portrait change et l’agriculture dans le Nord commence à avoir le vent dans les voiles. On n’a qu’à penser au million d’acres disponibles dans la grande enclave argileuse entre Matheson et Hearst. Il y a aussi l’ancienne ferme expérimentale qui devient une ferme de démonstration pour qui voudrait élever du bœuf dans le Nord. C’est d’ailleurs de ce côté que lorgne l’Association des producteurs de bœuf de l’Ontario qui voudrait augmenter le cheptel provincial de 100 000 têtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *