Volume 35 Numéro 16 Le 27 avril 2018

Le potager en évolution


Les tendances en matière de potager ont bien évolué dans les dernières années et on est loin du potager en rangs d’oignons de nos grands-mères - Nadia Carrier

Par Nadia Carrier Copropriétaire Les Serres M. Quenneville


Les tendances en matière de potager ont bien évolué dans les dernières années et on est loin du potager en rangs d’oignons de nos grands-mères. Plusieurs tendances se côtoient, mais se rallient la plupart du temps aux mêmes objectifs : produire des aliments sains sans passer son été au jardin. Dans les dernières années, j’ai dû répondre aux préoccupations des jardiniers amateurs et expérimentés. Un sujet qui revient souvent est la distinction entre des plantes ou des semences hybrides et génétiquement modifiées. Un autre est relié à la culture biologique de notre potager.

Vous avez sûrement remarqué que sur nos tablettes d’épicerie, on retrouve des fraises grosses comme des pommes, des tomates à maturation ralentie et plusieurs autres fruits et légumes qui possèdent des nouvelles caractéristiques ?

On a parfois l’impression que nous retrouvons partout des fruits et légumes GM, mais en réalité au Canada, il y a seulement le maïs-grain, le soya, le canola, la betterave à sucre et la luzerne qui y sont commercialisés. Cela ne veut pas dire que le génie génétique est incapable d’en produire plus, mais certaines variétés d’OGM, comme une tomate à maturation ralentie, n’ayant pas connus de succès auprès des consommateurs, ne sont qu’utilisées que pour la recherche. D’autres variétés ont fait une brève incursion sur le marché, comme le maïs sucré, mais ont été rapidement retirées faute d’acheteurs.

Mais qu’est-ce qu’un OGM ?

Un organisme génétiquement modifié est un organisme vivant auquel on a ajouté ou modifié un ou plusieurs gènes afin de lui conférer des caractéristiques spécifiques, par exemple, la résistance à un virus, ou bloquer la synthèse d’une protéine allergène. C’est le cas du maïs bt ou encore RR.

Mais qu’est-ce qui fait que l’on retrouve sur le marché des fraises géantes ou des plants de tomates qui sont de plus en plus résistants au virus ? C’est le résultat de l’hybridation.

Qu’est-ce que l’hybridation ?

L’hybridation peut se faire en laboratoire, mais peut aussi bien se faire en milieu naturel. Il s’agit de sélectionner un parent mâle et un parent femelle qui ont les caractéristiques recherchées et de les féconder manuellement. Le brassage des gènes nous donne un individu F1, soit la première génération qui vient d’un croisement. L’hybridation nous permet d’obtenir des plants  productifs, résistants et fiables, et dont la vigueur est intéressante, du moins pour cette première génération. Effectivement, les générations suivantes qui s’autopolliniseront ne seront peut-être pas fidèles ou même stériles. De là, la difficulté à utiliser les semences produites. 

Et le biologique dans tout cela ? Des semences F1 biologiques ça se peut?

Une autre préoccupation de nos jardiniers quand vient le temps de faire un potager est de le faire de façon biologique. À cet effet, certains veulent des semences biologiques. Bien que le fait d’encourager des producteurs de semences biologiques peut s’avérer noble, concrètement pour votre potager, cela importe peu que les semences soient bios ou non. Ce sera votre propre méthode de culture qui fera la différence en fin de compte. Les semences bios proviennent de plants mères cultivés biologiquement, elles peuvent être hybrides ou non. Certaines semences bios sont enrobées avec de l’argile pour faciliter la manutention, ceci ne veut pas dire qu’elles ont été traitées avec un fongicide comme c’est parfois le cas avec des semences traditionnelles.

Fertilisation biologique ou conventionnelle

Un sol riche en matière organique supportera vos plantes jusqu’à un certain niveau. La production de fruits et de légumes nécessitera des apports en nutriments afin d’éviter les carences et de prévenir la pourriture apicale dans les tomates et les piments. Plusieurs s’interrogent sur le type de fertilisation et certains sont portés vers les gros numéros comme 20-20-20 ou 12-0-44 des engrais synthétiques. Les engrais bios comme ceux à base de fumier de poule ou d’algues vont avoir une analyse plus petite comme 2-0-0 et peuvent contenir d’autres éléments comme du calcium et/ou du magnésium qui contribuera à prévenir certaines carences. En outre, les engrais biologique ou naturel vont demeurer présents dans le sol jusqu’à ce que le plant en ait de besoin. Comme nous le disons souvent : il s’agit de faire la distinction entre nourrir la plante ou nourrir ton sol …

                En résumé, il n’y a pas, pour l’instant, de plants ou de semences GM disponibles en jardinerie. Le goût de vos fruits et légumes préférés sera optimal en utilisant un terreau riche en matière organique ainsi qu’en optant pour une fertilisation naturelle ou biologique. Assurez-vous de bien gérer les besoins en eau ainsi que de favoriser une exposition adéquate à l’ensoleillement.

En terminant, voici nos variétés coups de cœur pour le potager :   

 

  • Les Tomates Super Fantastique, une amélioration de la célèbre Fantastic, grande productrice et résistante, un hybride incontournable.
  •  
  • Piment California Wonder : Très productif, fruits carrés mûrit de vert à jaune ou de vert à rouge en 75 jours.

  • Basilic Genovese, une herbe qui se cultive autant en contenant qu’en pleine terre.
  • Concombre Market More : Ferme, croquant, peu de graine et sans amertume.
  •  
  •  
  • Laitue Grands Rapids, une laitue frisée qui peut être coupée tout au long de l’été

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *