Volume 30 Numéro 05 Le 19 octobre 2012

Le prix des terres explose


Le prix des terres agricoles subit sa plus forte hausse depuis 25 ans. Photo © ILessard

Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


Le marché des terres agricoles a littéralement explosé en Ontario. La valeur marchande des terres ontariennes a bondi de 16,3 % entre janvier et juin, selon le dernier rapport de Financement agricole Canada (FAC). Il s’agit de la plus forte hausse depuis près de 25 ans.

Selon Jean Lacroix, directeur de l’évaluation chez FAC, une forte demande pour les terres agricoles a été observée en Ontario et toutes les régions ont vu le prix des terres s’accroître durant les six derniers mois, sauf une. « Les hausses significatives sont généralisées, sauf dans le nord où le prix est demeuré relativement stable », note-t-il.

Ce dernier prévoit cependant que cette région se rattrapera dans les six derniers mois de l’année.

Cette inflation du coût des terres ontariennes fait suite à une augmentation de 7,2 % et de 6,6 % selon les deux derniers rapports.

En Ontario, la plus importante augmentation enregistrée depuis que FAC a commencé à produire ce rapport, était en 1989, soit près de 24 %. Selon Jean Lacroix, cette période avait été précédée de baisses ou de hausses très marginales. « En 1985-86, on parlait de taux d’intérêt très élevés au Canada, qui avoisinaient les 20 % », explique-t-il.

Une seconde vague d’augmentation des prix, un peu moins élevée celle-là (12,5 %), avait également été observée en 1996. « En 1994-95, l’économie n’allait pas trop bien », se souvient le directeur de l’évaluation.

Causes
Les coûts élevés des grains et les faibles taux d’intérêt seraient à l’origine de cette récente hausse fulgurante. « Les faibles taux d’intérêt en vigueur actuellement contribuent à maintenir l’activité du marché foncier », explique Jean-Philippe Gervais. Ce dernier prévoit que les taux devraient demeurer bas au cours de la prochaine année, ce qui laisse croire qu’il y aurait place à d’autres augmentations. 

Plusieurs agriculteurs profiteraient des taux d’intérêt avantageux pour consolider leur exploitation agricole en faisant l’acquisition de fonds de terre, explique Michael Hoffort, vice-président principal Portefeuille et risque de crédit à FAC.

D’ailleurs, plusieurs propriétaires ayant mis leur terre en vente auraient reçu des offres multiples, signe de la vigueur du marché. Cela tourne donc à leur avantage, leur permettant d’obtenir un meilleur prix pour leur bien.

Hausse record au Canada
À l’échelle nationale, on a aussi enregistré une hausse record. La moyenne canadienne rapportée par FAC est de l’ordre de 8,6 % au cours des six premiers mois de l’année.

Le document Valeur des terres agricoles, publié le 9 octobre, fait état d’une augmentation généralisée dans chacune des provinces.

Le présent rapport ne fait pas état des conséquences de la sécheresse qui a sévi dans l’Est ontarien et au Québec, mais FAC surveillera de possibles fluctuations dans ses prochains rapports.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *