Volume 28 Numéro 18 Le 18 mai 2011

Le prix du maïs demeurera élevé


Par Jean-Phillippe Boucher, agr. MBA, Conseiller mise en marché des grains


Aucun doute que ce printemps les ensemencements connaissent des retards par rapport à la normale. Cette situation s’annonce cependant particulièrement problématique pour le maïs aux États-Unis. En raison de leurs inventaires prévus à des niveaux très serrés l’an prochain, les producteurs américains se doivent plus que jamais d’obtenir une importante récolte. Et, sachant que plus de 70-80% de la valeur des prix des grains en Ontario découle de ceux transigés sur les marchés américains, ce retard aux États-Unis a de quoi susciter aussi beaucoup d’intérêt de ce côté-ci de la frontière.

Depuis 25 ans, seulement en 4 occasions les semis américains de maïs ont accusé un retard aussi important que cette année : 1993, 1995, 1999 et 2008. Basé sur cette information, peut-on croire que les producteurs américains parviendront à obtenir la récolte de maïs qu’ils se doivent pour renflouer leurs réserves? Comme le révèle le graphique qui suit, rien n’est moins sûr.

Cette année, selon le USDA, les intentions d’ensemencements des producteurs américains de maïs sont de 92,2 millions d’acres. Si l’on se fit au graphique, pour les 4 années au cours desquelles les semis américains ont accusé un retard important, il y a eu une révision à la baisse des superficies semées variant de -0,03% à près de -4%. Donc déjà, en principe pour cette année, les producteurs américains ne devraient semer réellement qu’entre 88,5 et 92 millions d’acres, ce qui est trop peu.

Ensuite, si l’on se fit toujours à nos 4 années de références sur le graphique, dans le meilleur des cas le rendement moyen des producteurs de maïs américain ne sera qu’équivalent à la tendance des dernières années, qui situe à 10,08 TM/ha pour 2011. Il faudrait que celui-ci soit cependant exceptionnel pour écarter tout risque de manque à gagner de maïs aux États-Unis pour 2011-12.

Ainsi, ce que nous révèle une brève analyse des 4 années depuis 25 ans au cours desquelles les semis aux États-Unis ont accusé un retard aussi important que cette année, c’est que tout tend à indiquer pour l’instant que la production de maïs américain ne sera tout simplement pas au rendez-vous. La possibilité que les inventaires américains de maïs soient à nouveau très serrés l’an prochain est donc bien réelle tout autant que l’est celle que le prix du maïs demeure élevé encore un certain temps. Il reste maintenant à savoir si les prix élevés du maïs et des autres grains ne parviendront pas à en réduire la consommation, ce qui aurait tôt fait d’en faire baisser la valeur sur les marchés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *