Volume 30 Numéro 14 Le 29 mars 2013

Le projet de loi sur les aliments locaux ramené à l’ordre du jour


Photo archives

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Le gouvernement libéral rapporte sur la table le projet de loi sur les aliments locaux, a annoncé la première ministre Kathleen Wynne, le 25 mars. La Loi de 2013 sur les aliments locaux ferait accroitre la présence et l’accès aux Ontariens à des aliments produits dans la province.

Le projet de loi (ou un projet de loi semblable à celui-ci) avait déjà été présenté à l’Assemblée législative de l’Ontario par l’ancien gouvernement McGuinty, mais il avait été remisé suite à la prorogation de la chambre en octobre dernier.

Si le projet est accepté, les marchés, les écoles, les cafétérias, les épiceries et les restaurants se verraient imposer des cibles à atteindre en matière d’utilisation de produits locaux. Il s’agirait, faut-il le spécifier, tant d’aliments cultivés localement que de produits comestibles transformés en Ontario.

Kathleen Wynne promet cependant de consulter l’industrie pour discuter avec les diverses parties des objectifs de vente.

« Manger des aliments locaux n’est pas seulement une bonne chose pour les familles de l’Ontario, c’est aussi bon pour notre économie », a indiqué la première ministre et ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

« C’est un pas dans la bonne direction » ont déclaré la Fédération d’agriculture de l’Ontario (FAO) et les Amis de la fondation de la ceinture de verdure, enchantés par cette nouvelle mesure. « Les agriculteurs de l’Ontario sont soucieux de répondre à la demande des consommateurs pour les produits alimentaires locaux et frais » a dit Mark Wales, le président de la FAO « Cette loi aidera à créer plus d’occasions d’affaires, mais pour qu’elle soit efficace, l’Ontario doit mettre l’accent sur l’éducation alimentaire dans ses écoles et améliorer l’accès à des aliments nutritifs pour tous les ontariens.

Selon des chiffres fournis par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, environ 65% des aliments cultivés en Ontario seraient achetés par les transformateurs alimentaires de cette même province. Le secteur de la transformation ontarien est le plus important au Canada.

Système d’appellation
La ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation promet également d’introduire un nouveau système provincial d’appellation. On pourrait donc voir apparaître dans les prochaines années des « produits de l’Ontario » sur les tablettes de nos épiceries, ou autre slogan similaire en vue de promouvoir les aliments d’une région particulière, une norme de production caractéristique à cette province ou un produit à caractère unique.

Le projet de loi prévoit aussi le financement de projets coopératifs qui mettront en vedette les aliments ontariens.

Célébrations
La Semaine ontarienne de l’agriculture ferait également peau neuve. Le gouvernement libéral a annoncé son intention de la renommer Semaine de célébration des aliments locaux de l’Ontario et de la déplacer à la semaine précédant l’Action de grâces.

Cette annonce n’a pas fait l’unanimité à l’Assemblée législative.

« Toutes les personnes impliquées en agriculture savent que la semaine précédant l’Action de grâces est la Semaine ontarienne de l’agriculture, une occasion de reconnaître la contribution de nos agriculteurs et je suis très déçu que la première ministre propose de la remplacer, a déclaré le critique conservateur en matière d’agriculture, Hernie Hardeman. Bien qu’il soit important de célébrer les aliments locaux, le gouvernement semble avoir oublié d’où proviennent ces aliments. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *