Vie rurale

L’éducation : la priorité du secteur agricole


Photo ILessard

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


À un peu plus d’une semaine du scrutin provincial, les agriculteurs francophones ontariens ont établi la formation comme étant leur priorité électorale. L’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) juge que le Collège d’Alfred et la formation continue offerte par le ministère de l’Agriculture doivent non seulement faire l’objet d’une attention particulière, mais aussi d’engagements précis de la part des partis politiques.

Dans un communiqué de presse publié le 27 mai, l’UCFO a établi les cinq principaux enjeux du secteur agricole, soit la formation, le support à la gestion de l’offre, la valorisation de la profession, la reconnaissance de l’importance de l’industrie agricole et l’accessibilité à une énergie abordable.

L’organisme porte-parole des producteurs agricoles francophones de l’Ontario est depuis longtemps très impliqué auprès de la cause du Collège d’Alfred. Il en a d’ailleurs fait son principal cheval de bataille pour la campagne électorale en cours.

Accompagné d’autres membres du Conseil communautaire du Collège d’Alfred, le directeur général de l’UCFO, Simon Durand, a rencontré les candidats des trois principaux partis politiques de la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell le 28 mai pour les mettre au fait de leurs principales attentes quant aux développements de cette saga. Les agriculteurs leur ont eux aussi fait valoir leurs revendications en ce qui a trait au collège lors d’une table ronde organisée par l’UCFO, le lendemain.

Selon le directeur général, il est clair que ce dossier mérite d’être traité en priorité lorsque le nouveau gouvernement sera élu. Il se dit toutefois amèrement déçu de constater qu’aucun des partis n’a promis de support financier au Collège d’Alfred.

« Tous les partis s’entendent pour promettre qu’Alfred restera ouvert et que c’est une priorité, mais il n’y a rien de tangible. Il n’y a pas encore d’argent promis », confie-t-il.

Au moment de mettre sous presse, le Parti progressiste-conservateur, le Parti libéral ainsi que le Nouveau Parti démocrate ont réaffirmé leur appui à la cause, notamment lors du débat électoral organisé par l’UCFO, mais sans engagement financier clair.

 

Désignation officielle francophone
Le candidat libéral, Grant Crack, a réuni ses collègues Madeleine Meilleur, ministre sortante des Affaires francophones, et Brad Duguid, ministre sortant de la Formation, des collèges et des universités, devant la presse le 2 juin pour leur annoncer qu’ils allaient explorer la possibilité d’obtenir la désignation du Collège d’Alfred en vertu de la Loi sur les services en français.

Cette désignation permettrait de mieux protéger le Collège d’Alfred contre d’éventuelles menaces de fermeture.

Roxanne Villeneuve, du Parti progressiste-conservateur, a elle aussi tenu une conférence de presse le 4 juin au Collège d’Alfred pour réitérer sa volonté de « se battre pour garder [Alfred] ouvert et le voir prospérer ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *