Volume 33 Numéro 12 Le 26 février

Les agriculteurs veulent des travailleurs saisonniers dans plusieurs secteurs


Par John Cotter pour La Presse Canadienne


Des groupes d’agriculteurs demandent au gouvernement fédéral de permettre à plus de producteurs d’embaucher des travailleurs étrangers saisonniers.

Le président de l’Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan, Norm Hall, a expliqué que certaines tâches étaient difficiles à déléguer aux Canadiens. S’il y avait plus d’employés, les profits seraient plus grands, a-t-il fait remarquer.

Ottawa autorise déjà l’embauche d’environ 20 000 travailleurs saisonniers au pays jusqu’à huit mois par année — mais cela touche seulement des secteurs spécifiques comme le tabac, le bétail, les fruits et les légumes. Le Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS) est ouvert aux travailleurs du Mexique et de certains pays des Caraïbes.

L’organisation de M. Hall et plusieurs autres groupes dont l’Union des producteurs agricoles (UPA) souhaitent que le gouvernement fédéral élargisse le programme pour y inclure d’autres produits, dont les céréales, les oléagineux et le sirop d’érable.

Selon M. Hall, il y a un grand manque de main-d’oeuvre sur les fermes alors que les travailleurs plus âgés prennent leur retraite et que les plus jeunes déménagent en ville pour trouver un travail. Mais les fermiers qui restent sur les terres espèrent, eux, accroître leur production.

Les travailleurs temporaires embauchés en vertu du programme peuvent seulement accomplir certaines tâches, dont l’utilisation de machinerie agricole, l’entretien des animaux, ainsi que la plantation et la préparation des cultures. Ils peuvent revenir au Canada année après année jusqu’à ce qu’ils atteignent la limite cumulative de 48 mois.

Les délégués participant à l’assemblée annuelle de la Fédération canadienne de l’agriculture ont massivement voté en faveur d’une résolution pour élargir le programme fédéral, mercredi, à Ottawa.

Ils ont également adopté une résolution pour que le gouvernement lève la limite de 48 mois pour faciliter les démarches des travailleurs saisonniers et simplifier le processus d’application.

Les producteurs souhaiteraient aussi pouvoir utiliser les services des travailleurs saisonniers dans leurs opérations de transformation.

M. Hall a précisé que la Fédération canadienne de l’agriculture présenterait ses propositions au gouvernement libéral plus tard cette année.

«Nous espérons que le ministre et les fonctionnaires accueilleront favorablement (les résolutions) et qu’ils en adopteront le plus possible», a dit M. Hall, qui fait partie du conseil d’administration de la federation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *