Le 4 mai 2005

Les Américains craignent le renforcement de l’industrie du boeuf au Canada

Par Pierre-Alain Blais


Le secrétaire américain à l’Agriculture, Mike Johanns, craint que « l’industrie de l’abattage américaine ne perde des emplois de façon irrémédiable [traduction] », si l’embargo sur le boeuf canadien devait se prolonger davantage.

C’est ce qu’il a déclaré après que son gouvernement eut soumis un appel judiciaire, le 15 avril dernier, pour faire casser la fameuse injonction accordée par un juge du Montana au groupe de lobbyistes protectionnistes R-CALF, laquelle a déraillé le projet de réouverture de la frontière aux bovins canadiens de 30 mois et moins.

Le secrétaire Johanns estime que la capacité canadienne d’abattage se serait déjà accrue de 20% durant la dernière année et des projections indiquent qu’elle augmentera encore d’un autre 10% d’ici la fin de la présente année, si la frontière demeure fermée.

Dans son appel, le département de l’Agriculture allègue que l’injonction bloquant la réouverture de la frontière cause « d’énormes difficultés (enormous hardship) » à l’industrie américaine d’abattage et de découpage de la viande. Il est aussi dit que le projet de lever l’embargo des jeunes bovins ne présente aucun risque de transmettre l’ESB aux humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *