Volume 32 Numéro Le 3 juillet 2015

Les bleuets de Dignard & Fils épargnés par Dame nature


Le fondateur de l'entreprise fruitière, Hector Dignard


Chantal Quirion


Alors que ses pairs font état d’une saison catastrophique, Michel Digard anticipe une récolte de bleuets exceptionnelle dans ses champs à Embrun, dans l’Est ontarien.

« Pour les bleuets et le cassis, ça va être excellent et la saison va être plus hâtive que d’habitude. On est chanceux », indique M. Digard, à la tête de la Bleuetière Hector Dignard & Fils.

S’il a eu quelques frousses lors du gel printanier dans la nuit du 22 au 23 mai dernier, l’irrigation a permis d’éviter le pire.

« Ça fait 25 ans qu’on a les bleuets et à chaque fois qu’ils sont en fleurs ça gèle. C’est ça qu’on appelle Dame nature. On a été averti par les alarmes et à 3 heures, on était à 1°C degré. On a arrosé et heureusement, car à quatre heures, c’était descendu à -4°C degré.»

Malgré ce souci, le producteur peut quand même se réjouir, car lui au moins, a eu des fleurs à protéger sur  les cinq acres consacrés à ce petit fruit. Tous les producteurs de la région ne peuvent pas en dire autant.

La cueillette sera donc abondante et la famille Dignard se réjouit d’autant que les framboises n’ont pas souffert du gel non plus, puisque les bourgeons n’étaient pas encore éclos. Même les abeilles se sont mises de la partie pour faire de 2015 une année record pour ces producteurs de souche.

« On n’a pas perdu de ruche cet hiver. »

Elles sont donc nombreuses à butiner avec l’embarras du choix, bleuets, framboises ou groseilles, dont elles livreront le succulent miel, récolté par la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *