Volume 28 Numéro 01 Le 18 août 2010

Les Consultants Yves Choinière honorés


Sur la photo, à gauche, Dennis Hodgkinson, président sortant de la SCGAB remet la plaque à Yves Choinière (au centre) président-fondateur des Consultants Yves Choinière et à Christian Lemay ingénieur associé. Photo courtoisie.

La firme de génie-conseil agricole, Les Consultants Yves Choinière, a été honorée récemment. Elle s’est méritée le « Industrial Award 2010 » de la Société canadienne de génie agroalimentaire et de la bioingénierie (SCGAB), lors du dernier congrès international de la Société qui se tenait à Québec en juin dernier.

Le prix fut décerné en reconnaissance de ses grandes contributions à l’ingénierie agricole appliquée au développement des bâtiments d’élevage, à l’entreposage des produits de la ferme et à l’édification de structures facilitant la protection de l’environnement.

Cette compagnie est reconnue comme l’une des chefs de file dans le domaine du génie agricole par le développement de nouveaux concepts innovateurs pour les installations d’élevage.

La plus grande réalisation des Consultants Yves Choinière Inc. est la conception et la production de plans de bâtiment de grande qualité et de spécifications utilisées pour le développement innovateur et le transfert des technologies, le procédé de soumission, la construction des bâtiments et le contrôle de qualité.

La société d’ingénierie agricole a aussi récemment établi un second bureau afin de mieux servir sa clientèle. Le siège social se situe à L’Ange-Gardien, en Montérégie au Québec, alors que le nouveau bureau est tout près de la région de Québec, à St-Apollinaire.

Notes sur la petite histoire: Peu de gens se souviennent que l’ingénieur-vedette Yves Choinière a fait ses premières armes en Ontario français, dans les touts débuts du Collège d’Alfred. À l’époque des années ’80, il était l’un des ingénieurs francophones du service de génie agricole de la province.

Il a notamment grandement contribué à populariser la ventilation naturelle et à appliquer le concept, relativement novateur dans ce temps-là, à des étables laitières de plus grande taille.

C’est peut-être une des raisons qui expliquent le foisonnement actuel de ce genre d’étables dans l’Est ontarien de nos jours, malgré qu’à de nombreux endroits on ait aussi installé la ventilation tunnel pour le confort des animaux et des ouvriers les jours de canicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *