Volume 30 Numéro 20 Le 21 juin 2013

Les fraises sont arrivées


Photo I Lessard

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Les fraises locales marquent définitivement l’arrivée de l’été pour la majorité des Ontariens. Rouges, juteuses et sucrées à souhait, elles sont déjà prêtes à être récoltées et plusieurs caissettes ont déjà commencé à faire leur apparition dans les marchés fermiers et sur la majorité des tablettes d’épiceries un peu partout dans le sud-ouest et l’est de la province, au grand bonheur des petits et des grands.

Aux dires du porte-parole du Ontario Berry Growers Association, Kevin Schooley, la saison qui débute est prometteuse, bien que plusieurs consommateurs pensent que ce petit fruit a pu souffrir des pluies abondantes du printemps. Mais ce n’est pas le cas. Elles sont plutôt savoureuses et juteuses à souhait.

M. Schooley affirme toutefois qu’un nombre négligeable de fraisières ont pu souffrir quelque peu des températures froides et du gel, mais les fruits seront abondants.

«  Certains d’entre nous ont perdu leurs premières floraisons, mais il y aura tout de même une bonne récolte », promet-il. « De ce que j’ai vu, il y aurait eu certains problèmes de pollinisation précoce à cause du froid probablement des blessures dues au gel, poursuit le porte-parole. Certains des premiers fruits seront malformés, mais la saison se poursuit normalement depuis cet incident. »

Ce dernier affirme que la première cueillette pourrait être un peu plus tardive, mais que les fruits seront abondants par la suite.

Disponibilité
Premier petit fruit que l’on peut déguster dans toute sa fraîcheur, la fraise a d’abord fait son apparition en Ontario dans la région de Windsor et Leamington autour du 1er juin. Sont venues ensuite les régions du Niagara, Simcoe, London et Port Elgin la deuxième semaine du mois, suivies de celles de Toronto et de Kitchener à la mi-juin.

Les fraises des régions de Hamilton, Barrie, Ottawa, Toronto et Peterborough on davantage tardé à arriver, mais elles sont pour la plupart disponibles depuis le 20 juin, ou aux alentours de la fête de la St-Jean-Baptiste.

Finalement, ce sont les régions plus nordiques, telles que Thunder Bay et Sudbury, qui fermeront la marche. Ce seront d’abord les fraisières de Sudbury et de North Bay qui seront fréquentées les derniers jours du mois de juin, tandis que celles de Tunder Bay feront attendre fort probablement les consommateurs jusqu’à la fin de la première semaine de juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *