Volume 30 Numéro 13 Le 15 mars 2013

Les fruits, agents d’une bonne santé


Photo I Lessard

Par Egide N S Nisubire, Étudiant de 2e année Nutrition et salubrité des aliments


 

Dans le langage courant et en cuisine, un fruit est un aliment végétal, à la saveur sucrée, généralement consommé cru. Botaniquement parlant, il s’agit d’une partie d’une plante qui se développe après que la fleur ait été fécondée et renferme les grains (1). On remarque que dans les menus où sont inclus fruits et légumes, particulièrement dans la cuisine méditerranéenne, on observe une augmentation de l’espérance de vie et une augmentation de l’état de santé en général. (2)

 

Le Guide alimentaire canadien indique qu’il y a quatre groupes d’aliments : les produits céréaliers et laitiers, les viandes et leurs substituts, les fruits et les légumes. Pour combler nos besoins nutritionnels, il est important de balancer ces quatre catégories d’aliments.

 

 

 

La consommation de fruits présente de très grands avantages pour la santé.

 

 

 

Étant peu caloriques, les fruits aident à éviter le surpoids et rassasient suffisamment tout en contribuant  à un apport en fibres, en vitamines et en sels minéraux. Ils aident donc à lutter contre l’obésité.

 

 

 

Les fruits fortifient aussi les os, car ils constituent une source non négligeable de calcium, bien qu’inférieure aux produits laitiers. Mais leurs antioxydants permettent à l’organisme de lutter contre l’ostéoporose. (3)

 

 

 

Autres vertus

 

Les fruits et les légumes protègent contre de nombreuses autres maladies, notamment le diabète, les maladies cardiovasculaires et les cancers.

 

 

 

De fait, leurs glucides lents et leurs fibres qui favorisent le contrôle de la glycémie. Le diabète de type 1 ou 2  est l’une des complications de l’obésité, et le nombre de cas a été multiplié par six en quinze ans dans les pays développés. (3)

 

 

 

Le cœur et les vaisseaux sanguins bénéficient aussi de l’apport de fruits en raison de leur teneur en fibres alimentaires qui aident à éliminer le surplus de cholestérol. Ces aliments préviennent l’oxydation du cholestérol afin d’empêcher l’apparition de maladies cardio-vasculaires. Une étude scientifique internationale Interheart publiée le 20 octobre 2008 (3) révèle que les personnes ayant une alimentation riche en fruits et en légumes « ont 30 % de risque en moins de subir une crise cardiaque que celles n’en consommant pas ou peu ».

 

 

 

Les propriétés anticancérigènes des fruits sont bien connues, particulièrement contre les cancers des voies aérodigestives supérieures (voies qui impliquent le goût et l’odorat), de l’estomac, du poumon, du côlon et du rectum. Depuis trente ans, 350 études menées dans le monde ont établi que manger au moins cinq fruits ou légumes différents par jour diminue de 50 % les risques de cancer. (3)

 

 

 

En somme, les fruits consommés comme dessert ou collation ne forment qu’une partie d’une diète équilibrée. Manger sainement exige de balancer les quatre groupes alimentaires dans notre cuisine quotidienne.

 

 

 

Bibliographie :

 

1) Mireille Dubost  la nutrition 3  édition les légumes et les fruits p 239

 

2) la culture turque, note de cours cuisine ethnique, p 6

 

5) Alimentation humaine, page consulte le 24, février 2013

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fruit_(alimentation_humaine)#Composition_nutritionnelle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *