Le 2 février 2005

Les GGAO acclament Lucie et Jean-Marie Séguin

Par Chantal Quirion


Pour une première année, les Groupements de gestion agricole de l’Ontario (GGAO) ont intégré à leur colloque annuel de gestion, un hommage à un couple d’agriculteurs s’étant illustré au sein de sa communauté: Lucie et Jean-Marie Séguin de St-Pascal-Baylon

Le couple de producteurs agricoles de St-Pascal-Baylon, Jean-Marie et Lucie Séguin ont reçu un vibrant hommage de leurs pairs lors du colloque des Groupements de gestion agricole de l’Ontario (GGAO) qui s’est tenu à St-Albert le 27 janvier dernier. D’une part, on soulignait l’apport de M. Séguin au développement de l’organisme, puisqu’il a collaboré étroitement à la fondation du premier groupement de gestion agricole ontarien connu sous le nom d’André Demers, dont il devint le premier président en 1989 pendant qu’il était également président de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) dans les années 80. Aussi, il présida l’Association des producteurs de sirop d’érable de l’Est de l’Ontario.

C’est avec beaucoup de chaleur que le relationniste de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, André Chabot, invité pour faire le portrait du couple Séguin, s’est exprimé pour dresser la liste de leurs qualités et de leurs grandes réalisations. La dernière en liste, « La noce d’Antoine et Corine », aura permis à plus de deux mille spectateurs de renouer avec l’histoire agricole franco-ontarienne. Un spectacle à grand déploiement où les deux auteurs assistés de Julie Henri à la mise en scène ont réussi à rassembler les talents d’une trentaine de comédiens, de musiciens et de chanteurs, pour livrer une oeuvre unique, qui dès sa première représentation lors du banquet du 75ième anniversaire de l’UCFO, a séduit et suscité l’admiration du public. Cela est d’autant plus remarquable que la majorité de la distribution artistique était composée d’amateurs pour lesquels le dévouement et la ténacité ont tenu lieu à l’expérience. Un spectacle qui a marqué l’histoire de la communauté agricole et qui a ravivé sa fierté.

Malgré le succès, le couple demeure très humble: « Pour nous, cela a été facile d’écrire cette pièce, affirmait, Jean-Marie Séguin, à cette occasion. C’est notre domaine que nous décrivions ». En effet, le couple est issu de la tradition agricole puisque après s’être mariés en 1976, Jean-Marie et Lucie prenaient la relève de la ferme familiale en 1979.

S’ils ont d’autres réalisations artistiques à leur actif comme leur collaboration à la conception de la « Veillée des 2000 souvenirs », qui relate l’histoire de leur village ou encore, pour avoir signé les arrangements musicaux de spectacles du groupe Momentum, on les cite tout autant comme des parents exemplaires: « Partout et en tout temps, ils ont encouragé leurs enfants, disait André Chabot. Que ce soit pour des activités sportives ou musicales, ils ont été de toutes les pratiques et n’ont cessé de leur prodiguer soutien et réconfort. Cela a d’ailleurs donné de très bons résultats, poursuivait le relationniste de l’UCFO à la blague: trois belles filles et un gars ?pas pire?.»

De fait, Étienne, Andrée-Anne, Geneviève et Claudia ont tous de quoi faire la fierté de leurs parents. Mis dans le secret pour la réalisation de cet hommage, ils ont réussi à faire en sorte que leurs parents ne soupçonnent rien avant l’heure ?J ?, heure à laquelle Lucie et Jean-Marie Séguin ont réalisé que c’est d’eux dont il était question. Un moment intense où la joie succédant à la surprise, le couple s’est avancé sous les applaudissements. La voix empreinte d’émotion, M. Séguin a alors raconté comment avec Pierre Glaude à ses côtés, il a eu à livrer bataille, pour qu’enfin puisse voir le jour, le premier groupement de gestion agricole. C’était en 1989.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *