Le 15 mai 2002

Les Impatiens

Par Michel Quenneville, d.t.a., producteur en serre


Nous connaissons tous très bien ces plantes qui préfèrent l’ombre. Il en existe de nombreuses variétés plus ou moins longues et qui ont de multiples couleurs.

Or, il existe de nombreux types d’impatiens. Celles bien connues sont les Impatiens de Nouvelle Guinée et les Impatiens doubles.

Les Impatiens de Nouvelle-Guinée ont des fleurs beaucoup plus grosses que les régulières et bien qu’appelées en anglais « Sunshine Impatiens », elles préfèrent aussi l’ombre ou la semi-ombre. Au soleil toute la journée, elles ont tendance à se flétrir et demandent d’être arrosées jusqu’à deux fois par jour.

Les Impatiens de Nouvelle-Guinée sont généralement cultivées dans un milieu très léger, tel le Promix et ne demandent pas une grosse quantité d’engrais. Elles se vendent beaucoup en paniers suspendus mais aussi en pots individuels avec lesquels vous pouvez composer boîtes à fleurs ou jardinières, encore une fois, dans un milieu léger. Elles se plantent aussi en pleine terre et vont très bien même si votre terre est lourde.

Les Impatiens à fleur double ressemblent à s’y méprendre à des petits rosiers et se cultivent à l’ombre à l’extérieur. Elles deviennent souvent très longues et nécessitent parfois un pinçage pour les rendre plus fortes. Évitez de donner également trop d’engrais, car vous pourriez en endommager les racines.

Saviez-vous que les impatiens à fleur double se cultivent bien à l’intérieur, avec toutefois beaucoup de soleil. Elles fleurissent tout l’hiver et deviendront géantes avec des centaines de fleurs. Les gelées de printemps passées, vous pourriez les ressortir dehors à l’ombre.

Il existe maintenant des variétés courtes et compactes. La variété ‘Olé’ d’impatiens à fleur double en est une et donc, ne nécessite pas de rabattage et fleurit de façon incroyable. Il existe aussi des types d’impatiens un peu ou beaucoup plus sauvages. Ces dernières sont plus près des variétés retrouvées dans la nature et parfois très intéressantes. Par exemple, une variété dont je ne connais pas le nom, pousse à une hauteur de 6 pieds et plus, donne de petites fleurs jaunes intéressantes et se ressème très facilement à même la plate-bande.

Connaissez-vous les balsamines ? Il s’agit d’une forme d’impatiens à fleur double très connue dans la région de Montréal, méconnue par ici. On y gagnerait à l’essayer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *