Volume 29 Numéro 02 Le 7 septembre 2011

Les prix des grains élevés, là pour rester?!


Jean-Philippe Boucher

Par Jean-Philippe Boucher
Spécialiste en mise en marché du grain
jpboucher@grainwiz.com


Les progressions importantes qu’ont connues les prix des grains depuis leur creux de l’été 2010 sont pour le moins exceptionnelles. Au bas mot, le prix du maïs a plus que doublé, celui du soya a bondi de 55 % et celui du blé a progressé de près de 75 %.

Nulle surprise à ce que la question que tous ont sur le bout des lèvres soit donc à savoir si les prix des grains resteront élevés encore au cours de la prochaine année. Et bien qu’il reste toujours très difficile de tenter de prévoir dans les faits s’ils le resteront ou non, pour l’instant, tout tend à indiquer que oui.

Avant cette année, les prix des grains n’avaient atteint de tels niveaux qu’en 2008. Or en 2008, comme le révèle le graphique, ces sommets n’ont été observés que sur une courte période, soit les mois de juin et juillet. Par comparaison, en retournant se transiger à ces niveaux, les prix des grains sont parvenus cette fois-ci à s’y maintenir depuis le début de 2011. Autrement dit, si en 2008 il y a eu une brève flambée des prix, cette année ceux-ci ont plutôt consolidé leur position à des niveaux élevés ce qui ouvre la porte à de nouvelles hausses très intéressantes.

Profitant de la fermeté avec laquelle ils évoluent présentement, la possibilité que les prix demeurent élevés encore un certain temps et qu’ils puissent atteindre d’autres sommets est donc belle et bien réelle. Mais attention, il ne faut pas tenir cette éventualité pour acquise.

Il faut considérer la nervosité et la volatilité actuelle très importante des marchés financiers qui, au moindre signe négatif, pourraient très bien délaissé sans crier gare le marché des grains. Il ne faut pas non plus prendre à la légère les instabilités économiques et financières que connaissent l’Europe, les États-Unis et même la Chine qui laissent planer la possibilité de nouvelles récessions pouvant grandement affecter la consommation mondiale de grains.   

Enfin, il faut penser aussi que si jusqu’ici les consommateurs sont parvenus à absorber la hausse exceptionnelle qu’ont connue les prix des grains au cours des derniers mois, le stade à partir duquel ils n’auront plus d’autres choix que de se rationner de manière importante n’est certainement plus très loin.

Plusieurs éléments donnent donc à penser que les prix élevés des grains sont là pour rester. Par contre, la prudence reste de mise, car plusieurs éléments pourraient encore très bien leur faire perdre pied sans préavis. Et c’est sans compter que même si ceux-ci demeurent élevés, tout donne à penser que les prix pourraient éprouver plus de difficulté à progresser davantage de manière avantageuse dans les prochains mois.   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *