Volume 30 Numéro 19 Le 7 juin 2013

Les producteurs de poulets francophones remportent leur bataille juridique


Photo courtoisie

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Un groupe de 24 producteurs avicoles francophones de l’Est ontarien vient d’obtenir gain de cause dans le conflit qui mettait en péril leur droit de faire abattre leurs poulets au Québec. Le juge Michel Charbonneau a donné raison aux producteurs, alléguant des « droits linguistiques », et a donné 30 jours au Chicken Farmers of Ontario (CFO) pour modifier sa réglementation.

Depuis l’introduction du système de quotas, en 1972, les producteurs de poulets de l’est de l’Ontario profitent de la proximité des abattoirs québécois pour aller y faire abattre leur volaille. C’est qu’il n’existe qu’un seul abattoir primaire à l’est de Toronto, mais celui-ci ne détient pas suffisamment de quotas d’abattage pour suffire aux besoins des 2,5 millions kg de poulets produits par période de production dans l’Est ontarien.

Or, depuis le 9 septembre 2012, date d’entrée en vigueur d’une entente interprovinciale entre les transformateurs et les producteurs de poulets de l’Ontario et du Québec, les producteurs de l’Est ontarien n’ont le droit d’envoyer que 700 000 kg de poulets de l’autre côté de la frontière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *