Volume 31 Numéro 09 Le 20 décembre 2013

Les produits locaux à l’assaut du Défi des chefs


Le chef Jacques Lepage Photo ILessard

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


Les produits agricoles régionaux se tailleront une place dans le menu des huit chefs cuisiniers qui s’affronteront lors du Défi des chefs le 22 février prochain, au Campus d’Alfred. De l’entrée au dessert, les compétiteurs auront à mettre en valeur des produits de chez nous provenant d’un rayon de 50 km.

Du café torréfié à Rockland au Café de Joël, du contre-filet de l’Orignal Packing et des légumes de producteurs maraîchers de l’Est ontarien seront cuisinés et agencés de façon à créer des mets hauts en couleurs et en saveurs, nous prévient le chef Jacques Lepage, organisateur de l’événement.

Le Défi des chefs est une compétition culinaire annuelle organisée par la Fédération culinaire canadienne et la compétition qui aura lieu en février mettra en vedette les chefs du chapitre Outaouais, seul chapitre francophone de l’association nationale. C’est pourquoi elle regroupera autant des chefs du Québec que de l’Ontario.

Pour sa cinquième édition, le Défi se déplacera dans les cuisines du Campus d’Alfred, après quatre années à cuisiner dans les locaux de la Cuisine Jean-Bernard. Les laboratoires de cuisine utilisés par les étudiants du programme Nutrition, diététique et science des aliments, serviront donc de plate-forme aux concurrents dans la réalisation de leurs quatre services.

Jacques Lepage espère donc donner un tremplin pour l’établissement d’enseignement. « Moi je crois beaucoup dans le Campus d’Alfred. Alors j’ai dit on va le faire là-bas pour essayer de promouvoir le côté alimentation des cours. »

« Le Défi des chefs est une très belle occasion de recevoir la communauté chez nous, a commenté Nicole Tessier, responsable des communications au Campus d’Alfred. Il ne faut pas méprendre le cours de cuisiner et le notre programme en Nutrition, diététique et science des aliments. Quoique différents, c’est entendu que les deux parties ont un rapport avec la bonne alimentation. »


Produits locaux

Les adversaires auront un délai de cinq heures pour cuisiner une entrée de flétan, un plat principal composé de contre-filet de bœuf, un service de fromage mettant en vedette la Sauvagine, un fromage produit par le principal commanditaire de la compétition nationale, Saputo, et finalement un dessert à base de café et de lait d’amandes.

« Ce n’est pas seulement le [côté] dégustatif qu’on recherche. C’est aussi tout le look, l’apparence et la combinaison des mets qui fera un agencement de saveurs. Quand les gens vont déguster, il faudra que ça fasse une explosion de saveurs », explique M. Lepage.

Les chefs auront jusqu’au 20 janvier pour soumettre le menu qu’ils auront concocté dans le plus grand secret afin de donner aux juges une idée des plats qui leur seront présentés et également de donner la chance aux organisateurs de faire les achats nécessaires dans les fermes et les épiceries locales.

« J’essaie autant que possible que ce soit des produits d’ici », explique l’organisateur qui est aussi chargé de faire les emplettes avant l’affrontement.

« Ça fait 41 ans que je suis en cuisine. Je suis originaire de la région de Prescott-Russell et j’ai été élevé à Rockland. Donc je connais beaucoup la région. J’aime bien supporter les producteurs locaux », poursuit-il.

Une petite part du succès de celui qui sera couronné gagnant de cette compétition reviendra donc un peu aussi aux producteurs agricoles qui lui auront fourni des produits frais du jour.

« C’est un peu un encouragement qu’on donne à nos producteurs, soutient le chef Lepage. On leur dit bravo, continuez et on a besoin de vos produits. Et c’est aussi une valeur ajoutée à nos assiettes quand on est capable de dire à nos clients que ce sont nos produits de chez nous, pas d’ailleurs.

Le gagnant tentera ensuite de se mesurer aux autres gagnants provinciaux pour remporter le titre national, lors de la convention du 30 mai, à Gatineau.

Billets disponibles
Pour ceux et celles qui seraient tentés de déguster les créations des chefs (cinq services), 130 billets sont mis en ventes au coût de 100 $. Les billets peuvent être achetés individuellement ou par table de 8 personnes. Un cocktail sera servi à compter de 17 h et le souper sera servi à 17 h 30.

Tous les profits seront remis en bourses d’études et un montant sera attribué au gagnant.

Les gens peuvent également arriver plus tôt pour avoir la chance de parler avec des chefs cuisiniers et partager avec eux des trucs et des recettes.

Réservations : 613 673-4383

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *