Volume 29 Numéro 08 Le 1er décembre 2011

Les programmes agricoles écorchés


Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


Le vérificateur général par intérim du Canada n’a pas été doux à l’endroit d’Agriculture et Agroalimentaire Canada en pointant du doigt la lenteur et le manque de clarté des programmes de soutien du revenu des producteurs. Dans son rapport d’automne, John Wiersema dénonce l’inaction du ministère, bien qu’il ait noté certaines améliorations depuis son dernier audit.

L’examen du bureau du vérificateur général s’était donné pour mandat d’étudier trois programmes qui prévoient des paiements aux producteurs : Agri-investissement, Agri-stabilité et le Programme de transition pour les producteurs de tabac.

Entre autres, des problèmes de longue date au sujet du programme Agri-stabilité sont critiqués par le vérificateur. Dans son rapport, il mentionne que « la clarté des objectifs du programme, l’accès rapide au financement et la complexité du programme, qui empêche les producteurs de prévoir les montants des paiements avec une exactitude raisonnable, continuent de poser problème ».

Certaines progrès sont toutefois soulignés par le vérificateur, tels que l’inexactitude des paiements et la gestion des paiements en moins versés aux fermiers, mais critique sévèrement le délai d’attente auxquels doivent se butter les agriculteurs. « De fait, les producteurs peuvent attendre jusqu’à deux ans après une perte de revenus avant de recevoir un paiement », souligne le rapport de M. Wiersema. Un temps de traitement des demandes inacceptable puisqu’il aurait dû déjà avoir été corrigé en vertu des cibles fixées par ledit ministère. Le vérificateur a d’ailleurs fait le même constat pour le temps de traitement des demandes d’Agri-investissement.

M. Wiersema a également observé des lacunes au niveau du Programme de transition pour les producteurs de tabac. Il juge que l’élaboration de celui-ci aurait dû être précédée d’une analyse approfondie des risques, ce qui a été négligé.

Le coût annuel des programmes Agri-investissement et Agri-stabilité s’élèvent à 1 milliard de dollars, dont 60% est financé par le fédéral et le reste par les provinces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *