Volume 33 Numéro 09 Le 18 décembre 2015

Les robots pourraient bientôt faire la récolte des légumes verts de l’Ontario


Crédit photo: Martin Schwalbe

Par Lilian Schaer pour AgInnovation Ontario


Un professeur de génie à l’Université de Guelph a développé une solution pour épargner du travail aux producteurs de légumes en serre, et cette solution est maintenant prête à être mise à l’essai dans une serre – un robot de taille humaine qui récoltera les légumes frais et qui enlèvera les feuilles des plants.

Le prototype est doté d’une technologie de visualisation qui lui permet d’identifier si les légumes sont mûrs pour la récolte, ainsi qu’un bras spécialement conçu pour ramasser délicatement, mais pouvant fermement cueillir les légumes de la vigne sans les endommager.

« Vous traitez avec des objets délicats, comme des tomates, et vous obtiendrez du ketchup si vous ne faites pas attention. Par conséquent, vous avez besoin d’un dispositif de préhension très sensible, rapide et à coût peu élevé », explique le Dr Medhat Moussa.

Les concombres, les poivrons et les tomates sont les principales récoltes d’exploitation de légumes sous serre en Ontario et il y a environ 2 000 acres de légumes de serre dans la province, l’un des plus importants regroupements de serres en Amérique du Nord.

Les coûts de main-d’œuvre par maraîcher sont estimés entre 70 000 $ et 80 000 $ par acre annuellement; la récolte et la cueillette des feuilles mortes constituent de 40 à 60 % de la main-d’œuvre dans une exploitation de légumes sous serre.

De manière à ce qu’un robot puisse être une solution de rechange viable pour le travail humain dans une serre, il doit travailler aussi rapidement et efficacement que les humains, et il doit apporter aux maraîchers un retour sur leur investissement à l’intérieur de trois à quatre ans.

Après quelques essais fructueux du concept, le Dr Moussa s’est maintenant engagé à des essais à long terme de son robot auprès de trois producteurs de légumes en serre de la région de Leamington; ils utiliseront en serre diverses cultures, conditions et tailles.

Le financement de cette phase d’essais est le résultat d’une présentation convaincante auprès du programme Gryphon’s LAAIR 2015 (Leading to Accelerated Adoption of Innovative Research) de l’Université de Guelph; une version sur campus similaire à Dragon’s Den – un soutien pour aider à combler l’écart entre le laboratoire et le contexte commercial.

Le robot du Dr Moussa, qui est construit pour s’adapter aux plates-formes déjà utilisées par les travailleurs dans les serres, peut être adapté à différentes récoltes d’exploitation de légumes sous serre, ainsi qu’à différents types du même type de récoltes comme les tomates Beefsteak et les tomates-grappes. Chaque variété est traitée différemment.

Si tout se passe comme prévu, il s’attend à ce que le robot puisse être commercialisé d’ici trois ans.

Les premiers investisseurs du travail du Dr Moussa comptaient Fanuc Robotics, Canadian Microsystems Corp, les Centres d’excellence de l’Ontario et le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario.

AMCO Farms de Leamington a fourni un appui non financier, en plus de mettre sa serre à la disposition du Dr Moussa et de son équipe.

Le programme Gryphon’s LAAIR est appuyé par l’initiative fédérale-provinciale-territoriale Cultivons l’avenir 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *