Volume 33 Numéro 16 Le 22 avril 2016

L’espace virtuel au service de la francophonie agricole


Lors du lancement le 8 avril dernier sur le Campus d’Alfred, Laurence Bastien agente de communication et développement du leadership à l’UCFO, donne les grandes lignes du Répertoire des bâtisseurs agricoles franco-ontariens. Photo: Chantal Quirion

Par Chantal Quirion


Lancé lors de la cérémonie du Mérite agricole franco-ontarien, le 8 avril dernier au Campus d’Alfred, le Répertoire des bâtisseurs agricoles franco-ontariens et des fermes ancestrales clôt plusieurs mois de travail pour jeter les bases d’un outil Internet qui permettra au plus grand nombre d’accéder aux multiples réalisations des personnages qui ont façonné l’agriculture dans les communautés francophones de la province. On peut le consulter à l’adresse : www.batisseursagricoles.ca/.

Cette initiative de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, soutenue par Patrimoine canadien, vise à mettre sous les projecteurs les nombreuses personnes qui ont contribué au rayonnement de leur communauté rurale. Les récipiendaires du Mérite agricole franco-ontarien en font nécessairement partie, mais d’autres personnes qui n’ont pas reçu cette marque de reconnaissance, toutefois pas encore, valaient la peine que leurs contributions soient mises en lumière.

Comme le fait valoir Pierre Glaude, ancien secrétaire général de l’UCFO et membre du comité du Répertoire, le Mérite n’est remis qu’une fois par année, ce qui laisse les réalisations de nombreuses personnes dans l’ombre. Le Répertoire des bâtisseurs veillera à mettre en lumière ce riche héritage patrimonial.

Un travail de longue haleine

Pour l’instant, le site propose 35 portraits de personnes issues de partout en Ontario qui se sont illustrées par leur contribution exceptionnelle au rayonnement de la communauté agricole franco-ontarienne. Aux 28 lauréats du Mérite agricole franco-ontarien, s’ajoutent sept personnalités choisies par un jury indépendant à la suite d’un appel de candidatures logé l’hiver dernier. Chaque année, de nouveaux bâtisseurs rejoindront les rangs du Répertoire. Ce sera en quelque sorte le Temple de la renommée agricole de l’UCFO, disait le directeur général de l’organisme, Simon Durand, lors de la dernière assemblée générale annuelle de l’organisme.

À ce contenu individuel, s’ajoute le portrait de fermes ancestrales, qui lui aussi sera bonifié d’année en année.

« On aimerait y ajouter une fiche sur chaque génération », a précisé Laurence Bastien, agente de communication et développement du leadership à l’UCFO qui a coordonné le projet. Et reprenant les paroles de son prédécesseur, Marc-André Tessier, elle disait : « On ne peut savoir où l’on va si on ne sait d’où l’on vient », d’où l’importance de cette initiative qui à son avis sera d’une aide précieuse aux étudiants, aux organismes et aux individus qui souhaitent savoir qui sont ceux qui ont forgé les communautés rurales d’aujourd’hui et leurs contributions particulières.

Le site est également doté d’une carte géographique qui permet de localiser les bâtisseurs dans leur région respective. Le Répertoire a aussi été traduit pour permettre à la communauté anglophone de célébrer les accomplissements de ces valeureux pionniers francophones.

« Ce répertoire, devient dès aujourd’hui, un moyen durable d’enregistrer à long terme l’histoire des communautés rurales franco-ontariennes », concluait Mme Bastien lors du lancement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *