Volume 29 Numéro 13 Le 2 mars 2012

Lisa Thompson appuie la FAO


La députée Lisa Thompson ira de l'avant avec le dépôt d'une motion privée le 8 mars prochain pour demander l'imposition d'un moratoire sur l'énergie éolienne, en appui à la demande de la Fédération de l'agriculture de l'Ontario (FAO).

Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


«La santé et le bien-être des Ontariens doit être la première priorité lorsqu’on met en œuvre des projets d’énergie renouvelable », pense Lisa Thompson, députée d’Huron-Bruce. C’est pourquoi Mme Thompson ira de l’avant avec le dépôt d’une motion privée le 8 mars prochain pour demander l’imposition d’un moratoire sur l’énergie éolienne, en appui à la demande de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario (FAO). 

«Les Libéraux de M McGuinty n’ont pas écouté l’Ontario rural; ils ont établi des éoliennes industrielles dans des communautés où elles n’étaient pas les bienvenues, sans tenir compte des implications sur la santé et l’environnement», déplore la députée.

«Le Vérificateur général a frappé juste», poursuit Mme Thompson. «Ces fermes d’éoliennes industrielles ont été construites à la hâte sans planification adéquate et sans tenir compte de la science afférente. »

Lisa Thompson avait déposé une motion le 8 janvier dernier pour que le gouvernement impose un moratoire sur tout nouveau projet d’énergie éolienne jusqu’à ce qu’une troisième étude indépendante soir réalisée. Elle soutient que les citoyens de sa circonscription ont des craintes au sujet des effets environnementaux, physiques, sociaux et économiques qu’ont les éoliennes dans leur communauté.

C’est pourquoi elle voudrait qu’une firme indépendante se penche sur le dossier pour en étudier davantage les conséquences de l’établissement d’éoliennes dans les communautés rurales partout à travers la province.

 «Une étude sur la santé et l’environnement effectuée par une tierce partie est cruciale pour s’assurer que les familles qui vivent à proximité de ces éoliennes industrielles seront protégées sur le plan de la sécurité et de la santé. Il faut aussi identifier les impacts sociaux et économiques que ces éoliennes ont sur les communautés.»

Le président de la FAO, Mark Wales, avait soulevé un vent de controverse le 20 janvier en demandant au gouvernement ontarien de mettre un frein à tout nouveau projet d’énergie éolienne, prétextant que cette industrie était en train de creuser un fossé important au sein de la communauté rurale.

Selon le président, plusieurs préoccupations des citoyens et des différents groupes sont actuellement ignorées cela ne peut continuer ainsi.

Dans sa déclaration, M. Wales étalait ses inquiétudes sur  les effets sur la santé qu’ont possiblement les éoliennes, la distance qui les sépare des résidences, les dangers sur la faune, les prix de l’électricité et l’efficacité du système à stocker l’électricité produite sont des sujets qui, selon lui, devraient être réglés avant que l’éolien ne devienne une industrie trop importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *