Élevage

L’Ontario élargit l’admissibilité au programme d’assurance agricole

Par Agricom


Mercredi le 27 mai dernier, l’Ontario a adopté la Loi de 2015 sur l’assurance agricole qui permettra à davantage de types de produits agricoles d’être couverts par le programme provincial d’assurance-production.

Pour le gouvernement, l’assurance-production s’inscrit dans une série de programmes de gestion des risques d’entreprise conçus pour aider les producteurs agricoles à gérer les pertes attribuables à des facteurs indépendants de leur volonté, comme les intempéries, les ravageurs et les maladies. Tandis que l’actuelle assurance-production est offerte pour presque 90 cultures produites commercialement en Ontario, dont les céréales, oléagineux et certains fruits et légumes, la nouvelle loi élargit l’admissibilité au programme d’assurance-production à davantage de produits agricoles. Selon les données de 2013, plus de 14 000 producteurs étaient assurés en vertu du programme d’assurance-production de l’Ontario pour une superficie cultivée de plus de cinq millions d’acres de terres. L’adoption du projet de loi 40sur l’assurance agricole confèrera plus de souplesse à la province pour travailler avec les partenaires de l’industrie pour élaborer d’éventuels programmes d’assurance-production pour couvrir des secteurs d’élevage tel que l’apiculture, l’élevage ovin et l’industrie du porc.

La nouvelle loi a pour objectif d’aider les producteurs à mieux gérer les risques et ainsi par extension stimuler l’innovation, la rentabilité et la création d’emploi dans le secteur agroalimentaire. Elle aidera aussi les producteurs agroalimentaires à accéder à la sécurité financière qu’il leur faut pour soutenir l’expansion de leur entreprise.

Pour Jeff Leal, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, «cette loi permettra aux producteurs de gérer la multitude de risques auxquels ils font face au quotidien. L’Ontario est un chef de file dans la gestion des risques, car des outils comme l’assurance-production donnent à nos producteurs agricoles la protection dont ils ont besoin pour protéger leurs investissements, faire prendre de l’expansion à leurs exploitations et contribuer à relever le défi de croissance du secteur agroalimentaire lancé par la première ministre. »

Les principaux représentants des associations de producteurs concernées sont unanimes et affirment que cette nouvelle loi contribuera à créer un environnement de production plus stable et propice aux affaires. Tous semblent enthousiasmes avec la possibilité de créer de nouveaux outils de gestion des risques pour leurs membres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *