Volume 38 Numéro 6 - Le 22 janvier 2021

Mangez vos légumes !



« 2021 est l’Année internationale des fruits et légumes, et c’est une bonne chose, surtout en ce moment. En 2020, les achats de fruits et légumes n’ont pas augmenté autant que prévu. »

Par Sylvain Charlebois, Professeur Titulaire, Directeur Principal LABORATOIRE DE SCIENCES ANALYTIQUES EN AGROALIMENTAIRE Université de Dalhousie

Selon les Nations Unies, 2021 est l’Année internationale des fruits et légumes. Une telle proclamation ne veut peut-être pas dire grand-chose pour certains, mais ces campagnes peuvent apporter une bonne dose de succès et de changement. L’année 2016 a été l’Année internationale des légumineuses. À l’époque, les consommateurs commençaient à voir de plus en plus la planète dans leur assiette. Le contexte a aidé à faire la lumière sur la culture la plus négligée au Canada : les légumineuses. Lentement, non seulement le Canada est en train de devenir une super puissance en matière de protéines végétales, mais les consommateurs y prennent goût. En 2020, les ventes de produits à base de protéines végétales ont augmenté de 31 % au Canada, malgré la pandémie.

Le contexte actuel de pandémie peut aider à soutenir les ambitions des Nations Unies de faire valoir l’importance d’une alimentation et de modes de vie sains par la consommation de fruits et légumes. À l’année, une saine nutrition est la meilleure médecine. Elle est encore mieux qu’un vaccin. Notre combat collectif contre la COVID-19, qui était au début axé sur la protection à tout prix, consiste maintenant à attendre une immunité au moyen d’un vaccin. 

En 2021, selon un récent sondage, 41 % des Canadiens ont l’intention d’augmenter leur consommation de fruits et légumes. L’année dernière, cette proportion atteignait 46 %. Selon un rapport tout récent, les Canadiens ont effectivement acheté plus de fruits et légumes au détail durant les 12 derniers mois.

Selon NielsenIQ, le volume des ventes de légumes au Canada a augmenté de 7 % et la valeur, de 13 %. La même chose s’est produite avec les fruits. Les ventes unitaires de fruits ont en effet progressé de 5 % en volume et de 7 % en valeur. Le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique ont tous vu leurs ventes augmenter en volume de 8 % pour les légumes et de 6 % pour les fruits. La plus faible hausse pour les deux catégories a été observée dans les Maritimes : 2 % pour les légumes et seulement 1 % pour les fruits. Des données un peu décevantes.

Sans surprise, les ventes au détail ont connu une croissance considérable pour la plupart des produits l’année dernière. Les tomates étaient le type de produit le plus populaire en 2020, la valeur de leurs ventes ayant augmenté de près de 28 %. Les ventes de sacs de légumes préparés ont aussi connu une hausse de 25,8 % au cours des 52 dernières semaines. Du côté des fruits, les oranges ont enregistré la plus forte augmentation des ventes (21,9 %), suivies des cerises et des citrons. Les ventes en dollars de céleri et de pêches ont chuté en 2020, mais cela est probablement dû aux prix bien inférieurs de ces produits par rapport aux prix de l’année 2019. Les rappels très médiatisés ont également eu un effet sur certaines catégories l’année dernière, principalement les pêches et la laitue.

Mais étant donné ce qui est arrivé à l’industrie de la restauration au cours des 10 derniers mois, ces chiffres ne sont peut-être qu’un mirage. Lorsqu’ils cuisinent plus souvent à la maison, les gens ont besoin de plus de produits achetés à l’épicerie. Les ventes unitaires de tomates, par exemple, n’ont augmenté que de 6 %. Près d’un Canadien sur cinq a fait un potager à la maison en 2020, et beaucoup ont cultivé des tomates. Mais quand même ; les chiffres ne sont pas si impressionnants.

Depuis le mois de mars 2020, nous nous sommes affairés à faire des pâtisseries ou des tartelettes portugaises. Nous avons grignoté ou tout simplement essayé d’oublier l’horreur de la pandémie, ne serait-ce que pour un instant.

Comme le suggère le Guide alimentaire canadien, les fruits et légumes sont des éléments essentiels pour maintenir sa qualité de vie et renforcer son système immunitaire durant la pandémie.

Le fait d’avoir déclaré 2021 l’Année internationale des fruits et légumes est à la fois opportun et important. Alors que de plus en plus de gouvernements considèrent l’autonomie alimentaire comme une priorité pour l’ère post-COVID, l’accent mis sur la consommation de fruits et légumes sera surement accru. Nous avons aussi désespérément besoin de prendre soin de notre système immunitaire, dès que possible.

Retournez à la page d’accueil du journal Agricom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *