Volume 33 Numéro 02 Le 4 septembre 2015

Mariage gourmand entre l’Ontario et le Québec


L'équipe de la Foire gourmande : Vanessa Lanteigne, Françoise et Pierre Bélanger ainsi que leur fils Charles à l’arrière.

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


« La Foire gourmande change les mœurs, les attitudes et les habitudes » — C’est ce que vous dira Pierre Bélanger, coprésident d’honneur de l’Ontario à la Foire gourmande de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien. L’événement qui se tenait récemment à Ville-Marie, du côté québécois, a accueilli près de 35 000 visiteurs.

M. Bélanger qui est aussi producteur de bison, y tient un kiosque depuis les débuts et constate des changements de comportements. Au début, il n’était pas rare que des visiteurs passent devant son étalage en levant le nez et en se jurant de ne jamais manger de bison. Aujourd’hui, ce sont l’enthousiasme et la curiosité qui priment. D’ailleurs comme mesure du progrès, il note qu’il servait environ 1 500 bouchées lors des premières dégustations comparativement à 2 500 cette année.

« Maintenant, les gens ne viennent pas à la Foire gourmande juste pour goûter aux produits régionaux qu’ils connaissent. De 15 à 20 % des gens veulent essayer de nouvelles choses. Je n’ai qu’à regarder à côté de moi où l’on offre du bacon enrobé de chocolat », constate M. Bélanger.

Le président de la Foire, Denis Nolet, fait le même constat. Il est propriétaire d’une épicerie de grande surface à Ville-Marie et un ardent défenseur des produits régionaux. Il en offre dans son magasin. Depuis quatre ans, son chiffre d’affaires pour ces produits atteint les quatre millions de dollars. « Pour les produits du terroir, le client recherche la provenance avant le prix. Beaucoup de personnes ont un sentiment de lien quand le produit provient de la région et qu’elles en ont plus pour leur argent », explique-t-il en faisant la remarque que certains produits se sont implantés dans toute la région après s’être mieux fait connaître à la Foire; les consommateurs qui les reconnaissaient en magasin en achètent.

Pour les observateurs, l’édition 2015 de la Foire gourmande témoignait d’un effort évident de renouvellement. La disposition des kiosques a été améliorée ce qui a allégé l’atmosphère dans l’énorme tente centrale. Il y avait une soixantaine d’exposants, dont six seulement de l’Ontario alors que les visiteurs ontariens étaient comme toujours, fort nombreux.  Pierre Bélanger admet la grande difficulté à attirer les entreprises ontariennes à la Foire. « Ils (les entrepreneurs) ne semblent pas comprendre l’importance de susciter un lien d’appartenance pour leurs produits auprès de la population locale. Ce n’est que les grands marchés qui les préoccupent », déplore-t-il en énumérant des incitatifs qui avaient été mis en place pour cette édition, dont la location des espaces pour une somme symbolique.  La Foire offrait aussi gratuitement des services aux exposants pour le développement et la croissance de leur entreprise, incluant des consultations individuelles pour l’amélioration de la commercialisation des produits ainsi qu’un service pour la réalisation d’une capsule vidéo de qualité professionnelle.

Néanmoins, la Foire a rempli son mandat et fait bien des heureux avec sa multitude de produits sans compter ses spectacles sur une scène qui donne une vue à couper le souffle sur le lac Témiskaming. Et comme chaque année, il y a eu les présentations culinaires, un souper gastronomique, un salon d’artisans et des activités pour les enfants, entre autres choses.

 

Pour l’année qui vient, cette grande fête des produits régionaux se donne de nouveaux défis. En effet plusieurs activités sont dans l’incubateur afin de garder l’esprit de la Foire toute l’année.

Une réflexion au sujet de « Mariage gourmand entre l’Ontario et le Québec »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *