Volume 33 Numéro 19 Le 3 juin 2016

NOFIA veut revitaliser le secteur de la transformation laitière dans le Nord


L'usine de Parmalat à Laverlochère au Témiskaming québécois reçoit quotidiennement du lait en provenance du Nord de l'Ontario.

Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


Le lait produit dans le Nord de l’Ontario pourrait-il être transformé davantage dans la région? Présentement c’est de moins en moins le cas et NOFIA (Northern Ontario Farm Innovation Alliance) vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation d’un plan stratégique. « Nous envisageons de très gros projets », affirme Stephanie Vanthof, administratrice au sein de NOFIA.

Avec 125 producteurs laitiers dans le Nord de l’Ontario dont 40 au Témiskaming, le lait est la production agricole la plus importante et représente un tiers des recettes à la ferme. Mais voilà que le visage de l’industrie de la transformation du lait est en train de changer.

En effet, les usines de transformation de Parmalat à Sudbury et Thunder Bay procèdent à des mises à pied parce que les contrats ne sont pas renouvelés. « Ce sont les plus grosses usines du Sud de la province qui les obtiennent.  Ils peuvent produire à moins cher », indique-t-on dans un communiqué de NOFIA. Jusqu’à tout dernièrement certaines grandes surfaces de la région de Sudbury s’approvisionnaient localement et elles le feront dorénavant auprès d’un transformateur de la région de Toronto.

Dans le Nord comme ailleurs en Ontario, le lait brut des producteurs est livré au Dairy Farmers of Ontario (DFO) qui le vend aux transformateurs. À cause du mouvement de consolidation des transformateurs des dernières années, un volume de plus en plus important de lait brut transite du Nord-Ouest vers le Nord-Est et du Nord-Est vers le Sud de la province, le Québec ou le Manitoba. De moins en moins de lait est transformé dans le Nord de la province. Selon toute vraisemblance, cette tendance va continuer à s’accentuer.

C’est face à ce constat que NOFIA a lancé son appel d’offres. Avec l’appui des huit comités du lait du Nord de l’Ontario, l’organisme a déterminé que ce serait avantageux pour l’industrie de la transformation laitière du Nord de l’Ontario de se doter d’un plan stratégique.  L’expert-conseil retenu pour l’étude aura à identifier le potentiel et les occasions d’investissements dans de nouveaux marchés. « Cela pourrait toucher aussi bien la transformation à la ferme, l’agrandissement d’installations existantes que de nouvelles entreprises. L’objectif du plan est de nous permettre de conserver et de créer les emplois dans le Nord », poursuit Mme Vanthof. L’expert-conseil devra identifier la viabilité à long terme et le potentiel de croissance de l’industrie laitière dans son ensemble et non seulement pour celui de la vache. En conséquence, le processus de planification stratégique devra comprendre un inventaire des actifs utilisés dans la transformation laitière du Nord de l’Ontario, de ce qui serait nécessaire à son expansion et une analyse des marchés. Le rapport du plan stratégique est attendu pour la fin de 2016 ou tôt en 2017.

NOFIA ne s’attend pas à recevoir de réponse à sa demande de subvention pour le projet avant août ou septembre et c’est à ce moment que sera révélé le nom de l’expert-conseil qui mènera l’étude.

NOFIA est un organisme à but non lucratif dont le mandat est de coordonner la recherche en agriculture et de voir à sa croissance dans le Nord de l’Ontario.

Une réflexion au sujet de « NOFIA veut revitaliser le secteur de la transformation laitière dans le Nord »

  1. Nicole Séguin-Éthier

    Bravo, belle initiative. Transformons le lait des producteurs laitiers du Nord dans le Nord. Une réponse à un problème écologique non? Sauvons de l’énergie et gardons nos emplois ici!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *