Volume 28 Numéro 10 Le 19 janvier 2011

Planifier pour vivre longtemps

Par Jean-François Simard, Groupe Investors


Selon le vieux dicton « Chaque jour, notre vie compte un jour en plus ». Mais si vous viviez 10 ou même 20 ans de plus? Que changeriez-vous à la planification de votre retraite? Voilà la question que vous devez absolument vous poser.

Il est courant de planifier sa retraite jusqu’à 80 ans, qui est l’espérance de vie moyenne au Canada. Or selon Statistique Canada, les gens vivent plus longtemps. Le segment de la population qui enregistre la plus forte croissance est celui des 80 ans et plus, et cette tendance devrait se maintenir. D’ici 2011, le nombre de Canadiens de 80 ans et plus devrait dépasser les 1,3 million.

L’allongement de l’espérance de vie des Canadiens est en soi une nouvelle formidable. Toutefois, cela signifie que votre retraite pourrait se prolonger jusqu’à votre 100e anniversaire et même au-delà, et que vous pourriez devoir économiser davantage. Prenons l’exemple d’une femme qui prend sa retraite à 65 ans et qui place ses économies de retraite dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) qui lui rapporte 6 pour cent* et dont elle tire un revenu de 3 000 $ par mois (non indexé). Sans tenir compte de l’impôt, elle devra avoir accumulé 375 425 $ dans son FERR si elle veut pouvoir en tirer un revenu jusqu’à l’âge de 80 ans. Toutefois, si le capital du FERR doit durer jusqu’à 100 ans, c’est 543 160 $, soit 167 735 $ de plus, qu’elle devra avoir accumulé à 65 ans.

Voici un autre facteur dont il faut tenir compte : l’âge de 65 ans n’est plus considéré comme l’âge « normal » de la retraite. La retraite anticipée et la retraite progressive sont des concepts qui gagnent en popularité. Le type de retraite que vous choisissez aura des répercussions sur vos besoins de revenu de retraite, vos droits à des prestations de retraite, les dates de liquidation des REER et bien d’autres aspects de votre planification financière.

Le REER est un excellent outil d’épargne à l’abri de l’impôt, mais comme vous ne pouvez y cotiser au-delà d’un certain seuil, vos placements enregistrés à eux seuls ne suffiront sans doute pas à vous procurer le revenu dont vous auriez besoin pour profiter d’une longue et paisible retraite. Vous devrez donc bonifier votre revenu au moyen d’un portefeuille de placements non enregistrés assujetti à l’impôt. Ces placements doivent être choisis judicieusement de manière à réduire votre facture d’impôt annuelle tout en maximisant les rendements à long terme.

Vous devez aussi tenir compte de votre état de santé. Même si vous comptez rester en bonne santé à la retraite, l’âge accentue les risques. L’accroissement de la longévité augmente donc l’importance de se protéger contre le fardeau financier qu’entraînent la maladie et l’invalidité en se dotant d’une assurance contre les maladies graves, d’une assurance soins de longue durée et d’autres types d’assurance maladie.

Les questions à vous poser commencent toutes par « Et si… ». « Et si je vis plus longtemps que prévu ou meurs plus tôt? Et si je tombe malade ou deviens invalide? Et si c’était mon conjoint? » Les conseillers professionnels sont bien outillés pour vous aider à trouver les bonnes réponses à ces « Et si… ». Ils peuvent faire des projections basées sur différentes hypothèses et vous fournir de l’information importante sur la « longévité » de votre plan de retraite. Pour planifier vivre bien et longtemps, parlez-en à votre conseiller professionnel.

**Le taux de rendement sert uniquement à illustrer les effets de la capitalisation du rendement. Il ne doit pas être utilisé pour refléter les valeurs ou les rendements futurs des placements.

Cette chronique, rédigée et publiée par Services Financiers Groupe Investors Inc. (au Québec, cabinet de services financiers), contient des renseignements de nature générale seulement; son but n’est pas d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Adressez-vous à un conseiller financier pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet, veuillez communiquer avec Jean-François Simard du Groupe Investors au 613-290-9136.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *