Volume 26 Numéro 22 Le 5 août 2009

Plusieurs mains étudiantes en recherche

Par Nicole Tessier, Communications, Campus d'Alfred de l'Université de Guelph


Kaoutar Serroukh, pelle en main, en oeuvre sur le projet de traitement des eaux usées domestiques. Photo Campus d’Alfred.

Pas moins de 14 étudiants sont employés pendant l’été à l’Université de Guelph-Campus d’Alfred en recherche. L’emploi d’étudiants n’est pas nouveau à Alfred. Ce surplus de mains et d’yeux permet de faire avancer les projets de recherche en cours.

Provenant de diverses régions ? voire de différents pays ? les étudiants bénéficient de l’expertise et de l’encadrement des chercheurs du Campus d’Alfred.

Ravageurs en production laitière biologique
Pradeep Nampoothiry, étudiant à la maîtrise de l’Université de Guelph, fait partie de l’équipe de Simon Lachance, Ph.D., responsable du programme de Gestion des insectes ravageurs en production laitière biologique.

Pradeep, antérieurement formé en vermicompostage de son pays d’origine a voulu poursuivre des études en agriculture au Canada.

Il est passionné par le projet de recherche qu’il mène. «Ce n’est pas en utilisant des insecticides synthétiques que nous arriverons à contrôler les mouches, car à la longue, elles développeront une résistance», affirme-t-il. Il faut des méthodes variées.

Il nomme la technique à étudier pour son projet, le « push-pull« , donc repousser les mouches par l’effet d’huiles essentielles de plantes (push) et les attirer (pull) vers des attirants naturels.
Pendant l’été, il développe son protocole de recherche, c’est-à-dire, l’établissement d’objectifs, des hypothèses à tester, la méthodologie, les analyses, etc., et il effectue ses tests à l’étable.

Projet de pâturage
Le projet de pâturage, entrepris l’an dernier, vise à fournir aux producteurs biologiques et traditionnels canadiens des méthodes accessibles pour produire des fourrages avec un meilleur ratio énergie protéines.

Sous la supervision du nouveau directeur du Centre de recherche en production laitière biologique, Gaston Raggio, Ph.D., cinq jeunes étudiants exécutent les tâches sans relâche: collecte de matériel, mesures aux champs, pesée, séparation de matières mortes, mauvaises herbes, graminées, légumineuses, etc.

Pour Véronique Martineau en 1re année en biologie de l’Université Laval, cet emploi est « vraiment, vraiment intéressant » alors que sa comparse, Pascale Fecteau-Bourque, également en 1re année biologie de l’Université Laval, c’est la découverte du travail en recherche qui l’a incité à se joindre à l’équipe.

Pour sa part, John Rutherford Addison-Smith, originaire du Chili, a choisi Alfred pour réaliser son stage professionnel qui lui permettra d’obtenir son bac en agronomie de l’Université Laval.

Mathilde Vonnet et Benoît Astrue nous arrivent de Toulouse, France. C’est par voie de courriels que les chercheurs ont joint les deux étudiants en leur 2e année d’études à l’École d’ingénierie en agronomie.

Pour Mathilde, c’est davantage la recherche sur les pâturages qui l’intéresse alors que pour Benoît, ce sont les bovins laitiers. Les deux sont épatés par l’accueil des Canadiens à leur égard et par le pays qu’ils qualifient de magnifique. Et que dire de leurs découvertes gastronomiques’ poutine, sirop d’érable et whisky?

Traitement des eaux usées
L’équipe est composée de deux autres personnes. Lally Guertin Santerre d’Alfred en est à son deuxième été en recherche. Elle est diplômée en biologie de l’Université de Montréal alors que Faye D’Eon-Eggertson, originaire d’Ottawa a reçu son bac de l’Université McGill.

Trois jeunes Marocains de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat, Kaoutar Serroukh, étudiante en génie rural, Safae Bassri et Rachid Radi étudiants en industrie agroalimentaire font un stage de 4 mois au Campus d’Alfred afin d’obtenir leur diplôme, le stage s’inscrivant dans leur mémoire de fin d’études pour obtenir leur diplôme.

Cette initiative s’inscrit dans le développement du projet de traitement des eaux usées domestiques au Maroc dirigé par les chercheurs Christopher Kinsley et Anna Crolla.

Kaoutar se penche davantage sur la conception d’un marais artificiel permettant de réduire les éléments polluants des eaux domestiques pour atteindre les normes canadiennes.

Pour leur part, Safae et Rachid font leur recherche sur les systèmes anaérobies des margines (dérivés d’huile d’olives) et des déchets des collecteurs de graisse.

Et que disent-ils de leur expérience canadienne? « La diversité géographique et culturelle » pour Kaoutar et « l’ouverture » pour Safae ont enrichi leur séjour au Canada et cela malgré l’isolement à Alfred.

Comportement animal
La recherche de Jean Philippe Parent, dirigée par la directrice du Campus d’Alfred, Renée Bergeron, Ph.D., vise le comportement animal et plus particulièrement les rangs sociaux des porcs. Biologiste de formation de l’Université Laval, Jean Philippe souhaite entreprendre une carrière en enseignement ainsi que continuer en recherche.

Danielle Cardinal travaille aussi sous la supervision de Renée Bergeron. Son programme, Animal biology, de l’Université de Guelph, lui permettant d’obtenir des crédits pour obtenir son bac, Danielle a choisi de participer à la recherche sur le comportement des vaches en pâturage. Elle contemple poursuivre ses études au niveau de la maîtrise.

Sciences sociales
À la maîtrise au programme Rural Studies de l’Université de Guelph, Mark Juhasz, s’établit à Alfred pour 6 semaines afin de mener à bien une recherche comparative des bassins d’eau de Grand River et de la Nation-Sud.

Son étude déterminera le succès des programmes des autorités en conservation de l’Ontario pour l’amélioration de l’environnement et de la qualité de l’eau. Mark tentera de communiquer avec une trentaine de producteurs laitiers qui ont tiré profit du programme.

La journée des jeunes friands du savoir se termine à différentes heures. Ils se retrouvent en soirée en résidence et se planifient des activités, film, badminton, quilles, etc. Pour Faye toutefois c’est une bonne douche qu’elle souhaite après ses heures de labeur dans le laboratoire de mouches’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *