Volume 37 Numéro 7 - Le 14 février 2020

Porte-bonheur : la légende du fer à cheval


Pourquoi le fer à cheval est-il considéré encore par plusieurs comme un porte-bonheur? Photo : Roxanne Lormand

Par Roxanne Lormand
[email protected]


Depuis le Moyen Âge, on installe des fers pour protéger les sabots des chevaux contre l’usure. Le fer à cheval est aussi un symbole de chance et de bonne fortune depuis plusieurs siècles. Cette présomption serait-elle associée à l’heureux hasard qu’avaient les paysans de trouver un fer à cheval sur la route et de pouvoir le revendre au forgeron du village ? Peut-être bien. Pour plusieurs suspendre un fer à cheval au-dessus de la porte d’entrée de sa maison ou de sa grange était symbole de chance et signifiait une protection contre les mauvais esprits. On peut observer encore aujourd’hui d’anciens bâtiments avec un fer accroché en haut ou tout près de la porte d’entrée sous forme de butoir.

Différentes versions expliquent le mythe du fer à cheval, mais en voici une…
La légende veut que Dunstan, maréchal-ferrant qui allait bientôt devenir archevêque de Cantorbéry en Angleterre, reçût la visite d’un homme qui voulait se faire fixer des fers à cheval sous ses pieds. Même si c’était étrange comme demande, Dunstan lui demanda de lui montrer ses pieds afin de voir la taille de ceux-ci. Il reconnut alors tout de suite les pieds de bouc qui lui confirma bien que son visiteur n’était nul autre que Satan, le diable lui-même. Le futur archevêque n’en fit rien paraitre et demanda plutôt au diable de s’attacher au mur, puisqu’il en était ainsi avec les chevaux qu’il ferrait habituellement. Le diable n’y vu aucun soupçon et s’enchaîna au mur.

Le forgeron débuta alors son installation de fer et rendit le tout extrêmement douloureux pour le diable qui ne pouvait se débattre. Satan le supplia d’arrêter et de tout retirer. Dunstan lui fit promettre de ne jamais s’approcher d’un fer à cheval ou même de pénétrer dans un lieu où la porte d’entrée serait surmontée d’un fer. Le diable promit et le maréchal-ferrant le libéra de sa douleur. Depuis ce jour, on croit que mettre un fer au-dessus de sa porte d’entrée protège sa maison ou son étable du démon d’y entrer.

Toutefois, certains sont encore plus superstitieux et déclarent qu’il faut suspendre le fer à cheval avec ses fourches vers le haut, afin que la chance reste à l’intérieur. D’autres à l’inverse, pensent qu’il faudrait mettre l’ouverture vers le bas afin de laisser « couler » la chance sur chaque personne qui passe sous la porte. Chose certaine, même si aujourd’hui il est plutôt rare de trouver un fer à cheval sur la route, plusieurs bijoux et décorations mettent toujours l’objet en valeur et lui accordent une chance comparable au trèfle à quatre feuilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *