Volume 29 Numéro 02 Le 7 septembre 2011

Première : traçabilité laitière

Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


Avec la popularité grandissante de l’achat local et du mouvement locavore, l’industrie agricole doit faire face à de nouvelles réalités d’un marché en plein changement, et le secteur bovin n’y échappe pas. À l’heure actuelle, les produits laitiers de vache en Ontario ne sont pas traçables, mais cette époque sera bientôt révolue. Grâce à un nouveau projet pilote mis sur pied par Dairy Farmers of Ontario (DFO), les consommateurs de la province pourront se procurer des produits de cinq fermes et identifier la provenance du troupeau de vaches précis d’où provient le lait dont ils sont constitués.

« De plus en plus, les gens veulent savoir d’où vient leur nourriture et comment elle a été préparée. En obtenant du lait de troupeaux de bétail précis, ce projet novateur répondra à ces questions », a déclaré Carol Mitchell, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, qui a octroyé 900 000 dollars pour l’élaboration du programme.

Avec son projet révolutionnaire, l’organisme de mise en marché du lait a repoussé les limites de la traçabilité dans le secteur laitier. Le sourçage du lait provenant de troupeaux précis aidera les Ontariens et Ontariennes à savoir d’où proviennent leurs produits laitiers et comment ils ont été fabriqués.

Selon DFO, cette initiative pour le moins originale est l’une des solutions trouvées pour faire face à de nouvelles règles commerciales et aux réalités d’un marché en plein changement. « Avec de plus en plus de consommateurs intéressés à connaître la provenance de leur nourriture, ce projet est tout à fait opportun », explique le vice-président de l’organisme, David Murray.

Les cinq fermes laitières dont il est question comptent faire leur transformation elles-mêmes. Parmi celles-ci, on compte deux producteurs de lait qui prévoient embouteiller et mettre en marché le lait que leur propre troupeau laitier aura produit. L’une offrira à ses clients du lait biologique, tandis que l’autre,  la ferme Jalon Farms située à Creemore, vendra du lait produit à 100 % par ses vaches de races pures Jalon Jersey.

Quant aux trois autres exploitations, elles fabriqueront et commercialiseront des fromages. Par exemple, la fromagerie Upper Canada Cheese Compagny produira deux fromages uniques fabriqués avec du lait de vaches Guernsey, dont elle détient les droits exclusifs de production. Très répendue en Grande-Bretagne, aux États-Unis, en Afrique du Sud et en Amérique du Sud, cette vache produit du lait très riche en protéines et en matières grasses. Il est caractérisé par sa couleur plutôt jaunâtre, résultat de sa forte concentration en carotène – que l’on retrouve dans la carotte et les jaunes d’œufs.

Grâce à un appui financier du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, ce nouveau projet pilote de fabrication de produits laitiers spécialisés permettra aussi de renforcer la position des entreprises dans les marchés d’aliments locaux.

On estime que ce projet créera dix emplois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *