Volume 33 Numéro 03 Le 18 septembre 2015

Promotion du potentiel agricole du Nord-Est


Photo : CDET Le RCNE souhaite conclure une entente avec l’Université de Guelph pour réaliser une étude sur la production de certaines cultures dans les conditions climatiques du nord-est de l’Ontario.

Par Elizabeth Paulet, Collaboratrice


Le Réseau communautaire du Nord-Est (RCNE) souhaite conclure une entente avec l’Université de Guelph pour réaliser, en 2016, une étude sur la production de certaines cultures dans les conditions climatiques du nord-est de l’Ontario. Le RCNE veut ainsi recueillir des données pour démontrer et promouvoir le potentiel agricole de la région.

Agriculture dans le Nord-Est

Le RCNE représente douze municipalités et 2 collectivités autochtones du district de Cochrane. L’enclave argileuse qui distingue la géomorphologie de cette région a donné lieu à des sols riches en minéraux propices à l’agriculture. Le secteur agricole du nord-est de l’Ontario a d’ailleurs connu au début du 20e siècle des années florissantes.

À partir des années 1950, différents facteurs socio-économiques, l’essor de l’industrie minière et forestière notamment, ont toutefois participé au déclin de l’agriculture, si bien qu’aujourd’hui un grand nombre de terres fertiles sont laissées à l’abandon.

Un potentiel certain

En 2011, un rapport produit par l’Université de Guelph pour le compte du RCNE mettait en lumière le grand potentiel agricole du Nord-Est.

Le rapport soulignait que les sols et le climat qui caractérisent le district de Cochrane s’avèrent favorables à la production d’une variété de cultures et d’élevage, moyennant l’adoption de pratiques agronomiques appropriées et la mise en place de certaines infrastructures agricoles. Le rapport mettait également l’accent sur la grande disponibilité et le prix peu élevé des terres dans la région.

Recherche et diffusion

Le RCNE souhaite maintenant donner suite au rapport de 2011 en faisant la promotion du potentiel de la région. À cette fin, M. Antoine Vézina, consultant communautaire du centre de développement économique de Timmins et membre du comité exécutif du RCNE, souligne l’importance « d’avoir des données statistiques valides ».

Le projet de recherche vise donc à recueillir des données expérimentales sur la production de certaines cultures maraîchères et céréalières dans les conditions climatiques propres au Nord-Est. Les essais s’échelonneraient sur 3 ans et seraient réalisés sur deux sites, un à Timmins et l’autre sur la ferme expérimentale de Kapuskasing. L’Université de Guelph fournirait l’expertise agronomique nécessaire à l’analyse statistique des données.

M. Vézina précise que « les parcelles seront choisies de façon à ce que les types de sol et les conditions climatiques soient représentatifs de l’ensemble du territoire ». Il espère ainsi que « la diffusion des résultats aidera les agriculteurs de tout le district de Cochrane et incitera les agriculteurs des autres régions à venir s’installer dans le Nord-Est. » Notons que le partage des résultats fait d’ailleurs partie intégrante du projet.

Au-delà des données agronomiques

Pour véritablement dynamiser le secteur agricole, M. Vézina affirme que le projet devra également étudier d’autres composantes de la chaîne de distribution : entreposage, traitement, conditionnement, etc.

La collaboration de toutes les collectivités du district de Cochrane à ce projet, par l’entremise du RCNE, est certainement de bon augure pour la mise en place d’infrastructures appropriées et le développement d’un système alimentaire durable dans le Nord-Est.

Ne reste qu’à conclure l’entente avec l’Université de Guelph et à obtenir le financement nécessaire. Compte tenu de la correspondance des objectifs de la recherche avec ceux du Plan de croissance du nord de l’Ontario, tout porte à croire que le projet aura l’appui du gouvernement ontarien.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *