Volume 30 Numéro 11 Le 8 février 2013

Prototype révolutionnaire d’une batteuse moderne


Par Nicolas Witty-Deschamps, chroniqueur


Le Tribine, une moissonneuse-batteuse nouveau genre, a fait tourner plusieurs têtes lors de sa première sortie officielle au Salon Ag Connect à Kansas City, à la fin janvier. Grâce à sa capacité de stockage de 1000 boisseaux, il s’agit d’une révolution dans le domaine de la machinerie agricole.

La Tribine est en fait une moissonneuse-batteuse équipée d’une remorque à grains dans un ensemble articulé qui offre la première architecture du genre à sortir depuis l’invention de la moissonneuse-batteuse automotrice dans les années 1940.

Son concepteur, Ben Dillon, un producteur de grandes cultures semi-retraité de l’Indiana, a en fait modifié une moissonneuse Gleaner d’AGCO à rotor longitudinale, équipée d’un moteur de 375 à 400 hp, celle-ci constituant le corps principal de la Tribine.

Le prototype de M. Dillon est la quatrième génération sur lequel il travaille depuis 1997.

Grande capacité
«Notre attention s’est portée sur la manipulation du grain nettoyé, et non sur le battage. […]La Tribine est vraiment une évolution et la combinaison de tout ce que nous avons appris au cours des 12 dernières années », confie-t-il.

La Tribine dispose d’une trémie de 1000 boisseaux (25,4 tonnes).  Tout en étant articulée, la moissonneuse est dotée d’un système quatre roues motrices et considérée comme une batteuse de classe 8. 

«La philosophie est de toujours de décharger à une extrémité du champ », explique son concepteur selon qui la moissonneuse-batteuse équipée d’un nez à maïs de 12 rangs peut battre au-delà de 1,6 km avant de devoir être déchargée. « Il s’agit d’une économie de temps, de diesel et un opérateur en moins. La réduction de la compaction est l’un de ses plus grands avantages », poursuit-il.

Parlons-en du déchargement. Il s’agit sans contredit l’un des aspects qui étonne le plus. Malgré sa capacité accrue, le temps de décharge s’effectue en seulement deux minutes! «Nous pensons que deux minutes, c’est le nombre magique. La vis décharge 500 boisseaux (12,7 tonnes) par minute grâce à une vis sans fin de 22 pouces», raconte Dillon.

Autre avantage, le poids de la batteuse est équilibré de sorte que, l’essieu avant et arrière répartissent mieux le poids, une différence marquante si on la compare à la moissonneuse traditionnelle dont l’ensemble de la charge dispose sur l’essieu avant.

Essais en champs
«Nous avons à peine eu le temps de terminer notre prototype [avant l’exposition] », raconte le concepteur qui explique que les essais en champs ont été concluants.

« Il est clair qu’il faut plus de temps sur le terrain et plus de tests, mais nous considérons que ce concept a fait ces preuves », poursuit-il.

La compagnie compte au cours des prochaines semaines obtenir la réaction et les commentaires des producteurs de grandes cultures.

«À mon avis, l’architecture actuelle de la moissonneuse-batteuse classique est maximisée. […] Quelqu’un pourrait trouver une autre idée astucieuse pour me prouver que j’ai tort, mais nous croyons que la Tribine articulée est la voie de l’avenir», dit M. Dillon.

« Nous n’avons pas les ressources nécessaires pour mettre la Tribine en production, donc nous sommes activement à la recherche d’un partenaire pour l’avenir », confie-t-il.

La valeur commerciale de la machinerie n’a pas encore été déterminée.

Une réflexion au sujet de « Prototype révolutionnaire d’une batteuse moderne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *