Volume 30 Numéro 20 Le 21 juin 2013

Quand la durabilité devient rentable


Photo courtoisie

Par Les producteurs laitiers du Canada


 « Au niveau de la gestion de notre ferme, nous nous efforçons de créer une exploitation durable et de montrer à la collectivité agricole que la durabilité peut être à la fois valorisante et rentable. »

George et Linda Heinzle sont agriculteurs à St-Eugene en Ontario depuis 1983. Ils traient 140 vaches et exploitent 900 acres de terre. Les Heinzle exploitent la ferme avec leur fils Terry et emploient cinq personnes, dont une à plein temps et quatre à temps partiel.

Nouvel immigrant au Canada à l’âge de 20 ans et amoureux de l’agriculture, George a fait l’achat d’une ferme de 100 acres à St-Eugene en Ontario. Il a commencé avec un contingent de 8 kg et n’a cessé d’innover depuis. À Terryland Farms Inc., la conservation de l’énergie, la gestion du fumier et la production d’énergie sont la pierre angulaire de la durabilité. George a construit un biodigesteur sur sa ferme en 2006 – devenant ainsi le premier agriculteur en Ontario à vendre de l’électricité au réseau à partir des déchets de son exploitation agricole. Terryland Farms exporte de l’énergie utile, revendant 400 000 $ d’électricité par année à la province et réduisant ainsi de 90 % les émissions de méthane agricole et les odeurs.

Le biodigesteur produit le digestat qui sert de fertilisant. Les Heinzle peuvent en utiliser moins dans leurs champs parce que le digestat est plus facilement absorbé par les plantes. L’utilisation du digestat permet aux Heinzle d’économiser entre 100 et 150 $ par hectare en coûts de fertilisant dans les champs de foin et de maïs tout en maintenant et en améliorant le rendement. L’excédent de chaleur provenant des deux moteurs à biogaz sert à chauffer le réservoir du digesteur, à pasteuriser le matériel hors ferme, à chauffer la maison, l’atelier, la piscine et la salle de traite, et à sécher le maïs à l’automne.

Le biodigesteur permet aussi de réduire considérablement la quantité de déchets, ce qui représente un important avantage environnemental. Ces appareils permettent de récupérer des boues des stations d’épuration des eaux usées des usines de transformation des aliments, de les détourner des décharges, et de produire de l’électricité. Les émissions et les odeurs sont ainsi réduites, ce qui améliore la qualité de l’air. Les Heinzle ont aussi installé une presse d’huilerie à la ferme et modifié leur tracteur pour qu’il fonctionne à l’huile de soya (à 80 %), ce qui a permis d’accroître sa puissance et de diminuer les coûts de carburant de 20 %. Ils utilisent les granules de soya pressées dans les aliments pour leurs animaux, ce qui réduit le besoin de concentrés commerciaux de 50 %.

Dans l’étable, les animaux marchent principalement sur des tapis-plancher et dorment sur des nattes de pâturage couvertes de fibres non traitées dans le digesteur qui servent de litière. Non seulement la litière pour les vaches est produite à la ferme, mais elle est aussi produite par les vaches! Trois grands ventilateurs ont été installés dans l’étable pour veiller au confort des vaches durant les mois d’été. Pendant l’hiver, les ventilateurs sont conçus pour fonctionner en sens inverse pour faire descendre la chaleur du plafond et contrôler l’humidité. Un bain de sabots est préparé chaque semaine pour lutter constamment contre le piétin. Les vaches sont examinées quotidiennement alors qu’elles marchent dans la salle de traite pour permettre aux travailleurs de déceler les problèmes de sabots. Si un problème est détecté, les Heinzle prennent des mesures pour veiller à ce que les sabots soient taillés ou pour faire examiner sans délai les signes de boiterie.

George, Linda et Terry ont planté 4 kilomètres de brise-vent au cours des 25 dernières années afin de réduire l’érosion du sol et d’attirer la faune à la ferme. Ils ont diminué le travail du sol en utilisant un chisel pour réduire au minimum l’érosion du sol et se sont efforcés d’éliminer le ruissellement du fumier. Ils ont réduit leur consommation d’eau en utilisant des eaux usées pour laver la salle de traite et un refroidisseur à plaques pour fournir de l’eau au bétail.

À Terryland Farm Inc., la communication régulière avec les travailleurs est essentielle et les propriétaires ont pour objectif de veiller à ce que leurs employés se sentent appréciés et à ce qu’ils partagent leurs objectifs de durabilité environnementale. Les Heinzle participent à de nombreux projets et initiatives communautaires. George a été directeur du comité local du lait dans le comté de Prescott pendant 13 ans et membre fondateur de l’Agri Energy Producers Association. Terry est maintenant membre du comité du lait du comté de Prescott et Linda est secrétaire-trésorière de la Fédération de l’agriculture de Prescott depuis deux ans.

Les Heinzle animent des visites pour le campus d’Alfred, le Macdonald College et l’Université McGill. Ils ont aussi animé des visites à l’intention de groupes provenant de l’Ontario, du Québec, du Vermont, de New York, de l’Autriche, de l’Allemagne et du Chili. La ferme a été choisie par DeLaval Canada pour participer à la conférence de la Fédération internationale de laiterie qui se tenait en Écosse en 2008 et portait sur des enjeux environnementaux (The Heat is On – défis environnementaux de la production laitière.) Les Heinzle ont reçu le Prix du premier ministre pour l’excellence en innovation agroalimentaire en 2006 et un certificat de reconnaissance pour leur engagement à long terme en matière de conservation d’électricité en 2008. En 2010, ils ont reçu le Producers of the Year Award for Agri-business excellence du Canadian International Farm Show de Toronto.

« Terryland a toujours insisté fortement pour réaliser des projets respectueux de l’environnement. L’expansion et la diversification se sont révélées rentables, ce qui nous permet de bien rémunérer nos employés. Il est ainsi plus facile et plus intéressant pour la prochaine génération de joindre les rangs de l’exploitation agricole. »

« Tout le monde à Terryland Farms travaille très fort pour assurer un avenir prospère à la ferme.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *