Volume 35 Numéro 10 Le 19 janvier 2018

Réactions des Producteurs laitiers du Canada à l’entente sur le PTPGP


« D’un côté, le gouvernement du Canada a affirmé à de multiples reprises qu’il veut un secteur laitier en croissance, fort et dynamique qui crée de l’emploi et génère des investissements; de l’autre côté, il continue de rogner des parts du marché canadien des produits laitiers, d’abord avec l’AECG, puis maintenant avec le PTPGP», a indiqué Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada (PLC).

Par Producteurs laitiers du Canada


Il a été rapporté que le Canada signera l’accord révisé du PTPGP*, qui inclut les concessions sur l’accès au marché originalement octroyées en octobre 2015, lorsque les États-Unis, la plus grande économie mondiale, faisaient encore partie de l’accord.

Même si le retrait des États-Unis représente une perte d’environ 60 % du PIB du marché du PTP d’origine, les concessions originales sur l’accès au marché canadien des produits laitiers demeurent. Comment cela peut-il être dans l’intérêt du Canada?

Certains secteurs pourraient percevoir positivement les récents développements dans le dossier du PTPGP. Cependant, il s’agit d’un jour sombre pour les 221 000 Canadiennes et Canadiens qui dépendent du secteur laitier pour gagner leur vie.

« D’un côté, le gouvernement du Canada a affirmé à de multiples reprises qu’il veut un secteur laitier en croissance, fort et dynamique qui crée de l’emploi et génère des investissements; de l’autre côté, il continue de rogner des parts du marché canadien des produits laitiers, d’abord avec l’AECG, puis maintenant avec le PTPGP, a indiqué Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada (PLC). Le gouvernement doit comprendre qu’en continuant à faire des concessions de la sorte, il met le secteur laitier canadien en péril. »

Cette annonce est publiée en plein cœur de la renégociation de l’ALÉNA, un autre véhicule qui menace d’affaiblir l’industrie laitière canadienne. Le gouvernement doit réaliser, et nous ne pourrons jamais le répéter assez, que toutes ces pertes ont des effets cumulatifs. Il est vital que le gouvernement comprenne que lorsqu’il est question de la renégociation de l’ALÉNA, il ne doit pas faire de concessions supplémentaires sur le dos de centaines de milliers de producteurs et de travailleurs du secteur laitier canadien.

« Notre message au gouvernement du Canada en ce qui a trait à la renégociation de l’ALÉNA est simple : fini les concessions – ça suffit. Le gouvernement ne peut pas continuer à gruger des parts du secteur laitier », a ajouté M. Lampron.

*Partenariat transpacifique global et progressiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *