Volume 33 Numéro 03 Le 18 septembre 2015

Reconnaissance pour la CUMA Franco-Agri


Des membres de la CUMA Franco-Agri, Léo Hurtubise, Gilles Clermont, Alain Lavigne, le président Louis Brunet, Normand Brunette, Mathieu Sauvé et Justin Lavigne posent en compagnie d’Alain Bouvrette, directeur de comptes, développement/Marché agricole pour le Centre financier agricole Desjardins. Crédit Photo: Céline Brunette

Par Chantal Quirion
redaction@journalagricom.ca


La Coopérative d’utilisation de machineries agricoles (CUMA) Franco-Agri est couronnée du Prix Entrepreneur dans la catégorie Coopération de Desjardins pour la région de l’ouest du Québec et de l’est de l’Ontario. Cette CUMA, la seule en Ontario, a été fondée en 1997 par des agriculteurs de la région de Saint-Eugène et de Sainte-Anne-de-Prescott. Ils étaient neuf à l’époque, ils sont aujourd’hui 42 et le territoire s’est agrandi d’Alfred en Ontario jusqu’à Coteau-du-Lac au Québec.

Le but de la coopérative demeure essentiellement le même qu’à ses débuts, faire épargner de l’argent à ses membres, et ce, de façon substantielle.

« Si une machine coûte 60 000 $ et que je m’en sers pour une quarantaine d’acres seulement par année, ça revient cher. Mais à la gang si on l’utilise pour 3 200 acres, ça diminue le prix de beaucoup », explique Normand Brunette qui est secrétaire trésorier de Franco-Agir depuis sa fondation.

Ils sont généralement trois par machines alors il n’y a pas vraiment d’inconvénients liés au partage. Un peu de communication et de planification suffit à rendre tout le monde heureux. L’un des critères établis par Franco-Agri, est que le prix facturé au membre doit être égal ou inférieur au tarif des travaux à forfait.

Avec un actif d’environ 1,3 million $, cette coopérative peut se permettre de renouveler ses machines aratoires à tous les quatre à cinq ans tout en obtenant un bon prix pour ses anciens équipements. Les membres travaillent donc avec un du matériel à la fine pointe de la technologie, ce qui est très appréciable également.

Mais le grand secret de Franco-Agri, estime M. Brunette c’est la capacité de ses membres à faire un retour après chaque saison et à identifier les points à améliorer, le cas échéant.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *