Volume 32 Numéro 11 Le 6 février 2015

Récupérer l’énergie pour mieux s’en servir


La technologie du transfert d’énergie, développée par la compagnie montréalaise Atis, permet de réutiliser la chaleur produite au cours du processus de fabrication du fromage, diminuant ainsi les coûts d’énergie. -Photo courtoisie Fromagerie St-Albert

Isabelle Lessard

Par Isabelle Lessard
Rédactrice en chef
redaction@journalagricom.ca


L’incendie du 3 février 2013 a mis en veilleuse plusieurs projets sur lesquels planchait la Fromagerie. C’est le cas notamment d’un projet écoénergétique qui a de nouveau été mis en branle lors de la reconstruction et qui permettra à la nouvelle usine d’économiser annuellement des dizaines de milliers de dollars.

L’implantation du projet, qui utilise la technologie du transfert d’énergie, avait déjà été entamé dans l’ancienne usine, mais n’a malheureusement pas vu le jour avant que les flammes ne ravagent le bâtiment.

Pour tuer toutes les bactéries présentes dans le lait, il est nécessaire de le pasteuriser, c’est-à-dire de le chauffer jusqu’à ce qu’il atteigne 72oC. Cette pasteurisation nécessite une consommation d’énergie considérable. Une fois pasteurisé, le lait est caillé afin d’en séparer le gras nécessaire à la fabrication fromagère et le petit lait, aussi appelé lactosérum. Ce liquide chaud qui en est extrait est ensuite refroidi puis vendu à des transformateurs alimentaires.

Or, avec la technologie du transfert d’énergie, développée par la compagnie montréalaise Atis, la chaleur produite au cours du processus de fabrication du fromage est réutilisée, diminuant ainsi les coûts d’énergie.

Pour réchauffer le lait froid (pasteurisation), on le met dans un réservoir à double parois dans lequel circule de l’eau chaude. La chaleur est ainsi transférée au lait, qui à son tour transfère sa froideur à l’eau. Il y a donc un échange de température entre les deux liquides puisqu’on se retrouve avec un lait chaud et de l’eau froide.

Le lait chaud est ensuite caillé, processus au cours duquel sont séparés le lactosérum et les matières grasses. Ce lactosérum chaud est transféré dans un réservoir dont les doubles parois font circuler de l’eau froide à  4 oC afin de le refroidir. Un second transfert de chaleur s’opère puisque le lactosérum devient froid, alors que l’eau est maintenant chaude.

Cette eau chaude pourra ensuite être réutilisée pour pasteuriser le lait froid d’un autre bassin pour la prochaine production, selon le même principe.

Principe du système de transfert d'énergie.

Principe du système de transfert d’énergie.

« Pour donner un exemple simple, dans un moteur de voiture, on a un radiateur dans lequel passe le prestone qui refroidit le moteur. C’est le même principe », vulgarise Éric Lafontaine, directeur général de la Fromagerie.

Investissement pour le futur
Il est trop tôt pour estimer les économies annuelles que permettra ce système écoénergétique, mais elles seront substantielles.

Cette technologie a certes été coûteuse à installer, mais il s’agit pour la Fromagerie d’un investissement pour les générations futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *