Volume 29 Numéro 01 Le 17 août 2011

Révisions avantageuses du prix des grains

Par Jean-Philippe Boucher, Spécialiste mise en marché des grains


Conformément aux attentes, le USDA a révisé à la baisse ses prévisions de rendements et de productions américaines de grains, le 11 août dernier. Le rapport mensuel du USDA était très attendu des marchés, car celui-ci se devait de confirmer ou non si la dernière vague de chaleur de juillet avait bel et bien endommagé entre autres les cultures aux États-Unis.

Du côté du maïs, le rendement prévu s’établit maintenant à 153 boisseaux/acre contre 158,7 boisseaux/acre d’estimés le mois dernier. Un recul de près de 4 %! Conformément à cette révision, la prochaine récolte américaine de maïs se devrait d’être de 328 millions de tonnes alors qu’elle était prévue antérieurement à 342 millions de tonnes. Cette nouvelle prévision se révèle bien maigre face à la consommation américaine (incluant les exportations) qui se doit d’être de 334 millions de tonnes l’an prochain.

Pour le soya, le rendement que devraient obtenir les producteurs américains serait actuellement de 41,4 boisseaux/acre, un recul de 2 boisseaux/acre par rapport à la dernière prévision du USDA de juillet dernier. Ceci porte la récolte américaine de soya pour cette année à un peu plus de 83 millions de tonnes contre 88 millions de tonnes le mois dernier. Encore ici, la production américaine s’avère donc insuffisante pour répondre à sa consommation prévue pour l’an prochain, estimée à près de 86 millions de tonnes.

Enfin, la prochaine récolte de blé américaine n’est pas en reste non plus. Même si le USDA a revu à la hausse le rendement moyen des producteurs américains de blé à 45,2 boisseaux/acre, les superficies cultivées et récoltées ont été abaissées tant et si bien que la prochaine production de blé américain se devrait d’être maintenant de 56,5 millions de tonnes contre 57 millions de tonnes d’estimé par le USDA le mois dernier. À nouveau, ce niveau de production demeure inférieur à la consommation prévue pour l’an prochain aux États-Unis à 65 millions de tonnes.  

Bref, ce que vient de révéler le USDA est que les Américains ne pourront encore compter sur leurs prochaines récoltes pour reconstituer leurs inventaires qui se sont déjà beaucoup dépréciés au cours de la dernière année. Ceux-ci pourraient même menacer à nouveau d’atteindre des seuils critiques l’an prochain dans certains cas.

Dans ce contexte, excluant des éléments imprévisibles, le principal facteur qui puisse maintenant réellement rebalancer les inventaires américains repose sur une seule chose : la loi de l’offre et de la demande qui, simplement dite, veut que lorsqu’il y a moins d’offres, les prix se doivent d’augmenter afin de réduire la demande. En d’autres mots, il faut que les prix des grains montent davantage pour qu’il y ait rationnement de leur consommation.

Mais encore là, pour les producteurs de grains, il ne faut pas s’emballer trop vite. Car s’il est vrai qu’une hausse de prix demeure le principal élément qui pourrait faire baisser la demande de grains dans les prochaines semaines/mois, il n’est pas le seul. Avec toutes les difficultés économiques et financières que connaissent les pays de l’Union européenne et les États-Unis, certains parlent de plus en plus que le spectre d’une nouvelle récession serait de retour. Une perspective qui pourrait aussi faire fondre comme neige au soleil la consommation de grains sans pour autant que leurs prix ne soient contraints de grimper davantage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *