Volume 33 Numéro 20 Le 17 juin 2016

Rien de nouveau sous le ciel d’AAC


Le ministre d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, Lawrence MacAulay.

Par journal Agricom


NDLR — À l’approche de la manifestation qui s’est tenue le 2 juin dernier à Ottawa,  Agricom a demandé au Cabinet du ministre Lawrence MacAulay, si ce dernier comptait faire le point sur les consultations amorcées visant à améliorer la situation du secteur laitier canadien. Voici la réponse d’Agriculture et Agroalimentaire Canada:

Notre gouvernement est fier d’appuyer fortement le système de gestion de l’offre du Canada, les producteurs laitiers et l’ensemble de l’industrie laitière canadienne.

À la suite de l’engagement que notre gouvernement a pris au début du mois de mai, nous avons rencontré des membres de l’industrie laitière et nous avons continué d’être à leur écoute en vue de trouver des solutions durables et à long terme aux problèmes de l’industrie, comme les répercussions prévues de la ratification de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (AECG) et l’utilisation du lait diafiltré.

Nos consultations, qui se sont déroulées dans un esprit de collaboration, ont été productives et constructives, et nous demeurons attentifs aux besoins de l’industrie. Ces consultations avec les producteurs, les transformateurs et les associations agricoles régionales de partout au pays nous ont permis d’entendre leurs points de vue et d’élaborer une stratégie à long terme pour l’ensemble du secteur.

Ce matin (2 juin), les secrétaires parlementaires de l’Agriculture et du Commerce international ont poursuivi ces consultations en rencontrant les organisateurs du rassemblement d’aujourd’hui, qui visait à appuyer la gestion de l’offre.

Notre but consiste à améliorer la situation des producteurs laitiers canadiens, à aider à moderniser l’industrie laitière canadienne et à veiller à ce que cette industrie canadienne d’importance cruciale puisse continuer de croître et de prospérer dans une économie mondiale en constante évolution.

Nous devons nous assurer d’en arriver aux meilleurs résultats possibles afin de répondre aux défis et aux possibilités auxquels doit faire face l’industrie laitière canadienne de manière à tracer la voie à suivre non seulement pour les producteurs laitiers d’aujourd’hui, mais aussi pour leurs enfants et leurs petits-enfants.

À l’avenir, nous utiliserons les idées mises de l’avant par l’ensemble de l’industrie laitière canadienne au cours de notre processus de consultation pour formuler une réponse qui nous permettra de relever ces défis tout à fait particuliers et d’exploiter ces possibilités très prometteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *