Volume 33 Numéro 19 Le 3 juin 2016

Roboléo fait son entrée officielle en Ontario


Par Chantal Quirion


Milkomax, seul concepteur et fabriquant à l’échelle mondiale d’un robot de traite pour étables avec stabulation entravée, annonce un investissement de deux millions de dollars qui lui permettra de tripler sa production. Le manufacturier québécois compte ainsi poursuivre sa percée en sol ontarien et éventuellement répondre à la demande à l’international, tout en continuant à honorer ses commandes au Québec.

Ainsi, 1,5 M$ seront injectés dans le projet d’expansion à l’usine de 14 000 pi 2 de Sainte-Monique au Québec alors que 500 000 $ permettront à l’entreprise de s’étendre en Ontario. Cette annonce se traduit également par la création de 20 nouveaux emplois au Québec et cinq chez sa voisine.

Il y a moins d’un an, Milkomax s’associait à parts égales avec un partenaire pour ouvrir Dairymax à Winchester, soit le premier concessionnaire ontarien à offrir le Roboléo. Depuis, quatre de ces robots sont en opération en Ontario et trois de plus seront installés dès juillet.

« Ça faisait longtemps qu’on se faisait demander par des agriculteurs ontariens. Quand on a commencé, c’était très local. Ensuite, ça s’est répandu au Québec. Maintenant, c’est certain que les gens connaissent le Roboléo  et avec cette expansion, on annonce officiellement qu’on est prêt pour l’Ontario.  On pense que c’est une très bonne nouvelle économique », explique Jocleyn Lemay, directeur des ventes pour l’entreprise.

Comme Milkomax assure le suivi technique pour la mise en route de son robot laitier, une équipe de spécialistes sera disponible pour les producteurs ontariens. Quant à la disponibilité du produit, le rythme de production passera à deux robots par mois avec l’ajout de personnel et les améliorations aux infrastructures. Depuis 2010, soit depuis qu’il a été commercialisé, 62 exemplaires du Roboléo ont été installés.

« On a beaucoup de demandes pour l’exportation. Comme on est les seuls au monde à offrir ça on peut dire qu’à peu près tous les pays, nous court après », mentionne M. Lemay en indiquant que le Japon, la Suède, la Russie et les États-Unis, font partie de cette liste de clients potentiels.

Le rêve d’un producteur

Le propriétaire de l’entreprise, M. Victor Rousseau est à l’origine de cette percée technologique. Ancien producteur laitier de Sainte-Monique dans la région de Nicolet, il a d’abord cherché à faciliter la pratique du métier et il est un fervent tenant de la stabulation entravée qui à son avis, assure un maximum de contrôle et de régularité tant pour la traite que pour l’alimentation.

Ainsi, il a imaginé ce robot et son frère Léo l’a fabriqué, d’où le nom, Roboleo.

« Dans notre famille, on est amateur de produits mécaniques et mon père était comme ça aussi », mentionne Victor Rousseau en indiquant que c’est une vieille idée qu’il mûrissait depuis les années 95.

Finalement, le Roboléo a été fabriqué en 2008 et lancé en 2010. Beaucoup d’efforts ont été mis sur l’animal de façon à ce que la vache se sente en confiance pendant les opérations. Ainsi, le robot se déplace dans l’allée centrale, fait déplacer la vache pour la traite et effectue toutes les opérations, du nettoyage préliminaire en passant par la traite jusqu’au bain de trayons final.

« Ça permet d’assurer une traite uniforme et d’aller chercher une grande stabilité et beaucoup de confiance chez l’animal », poursuit M. Rousseau en indiquant qu’il éprouve une grande satisfaction d’avoir ainsi contribué au secteur de la production laitière. En plus, le robot peut être contrôlé à distance et avec l’Internet, l’équipe technique peut prodiguer ses conseils sans même être dans l’étable.

Aussi, le Roboléo est reconnu pour s’installer facilement dans la majorité des fermes laitières existantes et s’avère un modèle d’opération économique. Il est par conséquent très en demande.

« C’est très impressionnant du point de vue technologique », indique pour sa part M. Lemay en rapportant que les démonstrations ne manquent jamais de susciter l’intérêt et l’étonnement des producteurs. Il y aura par ailleurs des démonstrations lors d’une journée portes ouvertes à la ferme René Franche & Fils à Casselman le 9 juillet prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *