Volume 32 Numéro 14 Le 20 mars 2015

Saison des sucres : l’espoir est au rendez-vous


Photo IDagenais

François Carrier

Par François Carrier
Collaborateur
info@journalagricom.ca


Chaque printemps, cette question refait surface : quel genre de récolte attend les acériculteurs cette année? Et chaque saison des sucres, la réponse finale revient à « mère Nature ». Cette année, certaines journées du mois de mars semblent être plutôt favorables et pourraient permettre une récolte mémorable, mais rien n’est garanti comme l’explique Ray Bonenberg, président de l’Association des producteurs de sirop d’érable de l’est de l’Ontario. « L’hiver a été très froid, donc les arbres sont actuellement en train de dégeler, ça va prendre encore quelques semaines  avant d’obtenir une bonne « coulée », mais les prévisions météorologiques sont encourageantes », explique Ray Bonenberg.

Comme le rappelle Ray Bonenberg aussi propriétaire de Mapleside Sugar Bush, situé dans la région de Pembrooke, les conditions idéales et adéquates sont celles ayant un écart d’au moins 10 degrés entre le jour et la nuit. « Pour obtenir des résultats maximums, ça prend des journées comme au début de la semaine du 8 mars, pendant deux trois jours on a enregistré des températures le jour de 7 °C et par la suite -6 °C la nuit suivante pour grimper à 8 °C le jour suivant et ainsi de suite ». Les régions près des Grands Lacs ont déjà eu des « coulées ».

Les différences entre les bonnes et mauvaises années peuvent être très importantes. Par exemple en Ontario, selon les données de Statistique Canada, la quantité de sirop d’érable produit était passée de 488 000 gallons en 2011, pour diminuer de manière drastique l’année suivante à 225 000 et pour finalement augmenter à 449 000 en 2013.

Évidemment, rien ne garantit les températures idéales pour une récolte 2015 mémorable, même pas les prévisions météorologiques qui parfois n’arrivent pas à se concrétiser. « C’est sûr qu’on aime habituellement mieux débuter les récoltes importantes plus tôt, puisque plus on avance, plus les températures augmentent. Mais parfois, comme l’an dernier, c’est vers la fin mars et au début avril qui sont les meilleurs moments. On a donc espoir d’une récolte intéressante en 2015 » conclu Ray Bonenberg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *