Volume 29 Numéro 07 Le 16 novembre 2011

Schmidt rencontre McGuinty : Un pas de plus pour la légalisation du lait cru

Par Isabelle Lessard, journaliste
redaction@journalagricom.ca


Le producteur laitier et avocat Michael Schmidt a finalement rencontré le Premier ministre Danton McGuinty au sujet de ses revendications pour légaliser la vente et la consommation de lait cru en Ontario. Après 37 jours sans avoir mangé, M. Schmidt a donc mis un terme à sa grève contre la faim qu’il avait entamée le 29 septembre dernier.

 

« J’affronte cette aventure depuis maintenant 17 ans à la recherche d’un dialogue constructif, et j’ai été traîné devant les tribunaux pour un crime pour lequel il n’a pas de victimes. Mon objectif était simple: amener cette histoire au niveau supérieur et débuter une conversation en tête-à-tête avec M. McGuinty. Pour se parler en tant qu’êtres humains égaux, non pas comme Premier ministre et fermier », a déclaré Michael Schmidt.

Lors de leur rencontre dans le bureau du Premier ministre à Queen’s Park le 4 novembre dernier, les deux hommes ont entamé un dialogue constructif, selon M. Schmidt. Sans vouloir dévoiler les propos discutés lors de cette rencontre privée, tous deux se sont dits satisfaits de cette journée.

 

« J’espère sincèrement que le gouvernement s’abstiendra de toute nouvelle attaque contre les agriculteurs jusqu’à ce que ce dialogue a eu la chance de prendre son cours. Nous travaillerons en étroite collaboration avec les députés au cours des semaines à venir à la table un projet de loi privé », a avoué l’agriculteur.

 

Une lutte qui perdure

Rappelons que Michael Schmidt se défend contre la justice depuis novembre 2006, alors qu’il avait été arrêté sur sa ferme de West Grey, près de Durham, par une vingtaine de policiers armés du ministère des Ressources naturelles et de la Police provinciale de l’Ontario. Un juge l’avait acquitté en janvier 2010, mais la province avait décidé d’en appeler de la décision, jugeant que le lait pasteurisé constitue un danger pour les consommateurs. Puis, un second juge a renversé le verdict de non-culpabilité le 28 septembre dernier.

 

Un sondage réalisé par Ipsos Reid peu après l’acquittement du producteur laitier en 2010 a révélé que 70 pour cent des répondants ontariens seraient en faveur de la légalisation de la vente et de la commercialisation du lait cru.

 

Chez nos voisins du sud, la vente de lait non pasteurisé est légale dans 26 états. Même chose pour la majorité des pays européens, dont certains en vendent même dans des machines distributrices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *