Le 8 février 2002

Séminaire 2002 de l’Entraide universitaire mondiale du Canada Un professeur du Collège d’Alfred se rendra au Vietnam avec l’EUMC

Par Pierre-Alain Blais
info.agricom@atreide.net


«Ce sera une vitrine pour le Collège d’Alfred» ? Robert St-Amant

Un professeur en développement international du Collège d’Alfred se rendra cet été au Vietnam pour accompagner un groupe d’une trentaine d’étudiants canadiens dans le cadre d’un stage d’étude de six semaines dans ce pays de l’Asie du Sud-Est.

Le Vietnam! Quelles images invoquent chez vous le nom de ce pays’ La guerre, les mystères de l’Orient, l’autre bout du monde, les paysages magnifiques de la Baie d’Halong, les romans de Marguerites Duras ?

Pour Robert St-Amant, ces images deviendront plus réelles l’été prochain grâce à un séjour de six semaines au Vietnam. Monsieur St-Amant enseigne le développement international et la communication interculturelle au Collège d’Alfred de l’Université de Guelph. Le professeur y participera au Séminaire international annuel de l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC) en juillet et août.
Depuis 1948, plus de 1900 étudiants et professeurs ont participé aux séminaires annuels de l’EUMC. «Le but du Séminaire est de permettre à des étudiants canadiens de niveau post-secondaire de se sensibiliser aux diverses facettes de la réalité d’une nation en développement», dit Guylaine Grenier, chargée des programmes étudiants à l’EUMC. Des séminaires ont été organisés en Amérique latine, en Afrique et en Asie.

Cette année, trois professeurs ont été choisis pour encadrer les travaux d’étude des trente étudiants canadiens participants. «Ces travaux de recherche réalisés en équipe avec des étudiants vietnamiens sont, en fait, autant de prétextes pour découvrir le Vietnam et les vietnamiens», selon Robert St-Amant. Parmi les participants, «on retrouve surtout des étudiants des Maritimes et de l’Ouest canadien. Mais, une demi-douzaine viennent de l’Ontario», dit M. St-Amant.

Au niveau de la langue parlée, sur les participants bilingues, «environ cinq sont de langue maternelle française», estime Robert St-Amant. Bien que la majorité des étudiants sont de niveau universitaire, un participant provient du Collège Boréal.

Malheureusement, cette année aucun étudiant du Collège d’Alfred ne prendra part au Séminaire au Vietnam, «tout simplement parce qu’il n’y a pas eu de candidature d’ici», explique M. St-Amant. Mais, dans les années précédentes, plusieurs étudiants du Collège ont participé à ces voyages d’étude de l’Entraide universitaire, comme au Bénin et au Pérou. D’ailleurs, spécifie M. St-Amant, «l’EUMC est un de nos partenaires de stage, et nous avons même eu une stagiaire au Vietnam en 2000».

Robert St-Amant, qui possède déjà une bonne expérience de l’Afrique francophone et de l’Amérique du Sud, espère étendre son expertise à l’Asie en prenant part au Séminaire d’étude de cette année. «Je veux maintenant connaître l’Asie et la vie au Vietnam, pour être en mesure d’en parler avec expérience dans mes cours et mon travail au Collège d’Alfred», précise-t-il en parlant de ses objectifs personnels durant ce voyage.

Sa participation au voyage d’étude en tant qu’un des trois professeurs accompagnateurs «sera une vitrine pour le Collège d’Alfred», révèle M. St-Amant. «Ce sera l’occasion de mettre en valeur notre programme de formation international. C’est aussi une façon de contribuer à une organisation qui a fait beaucoup pour le Collège depuis cinq ans», a-t-il confié.

Bien que le programme du Séminaire ne soit pas encore définitif, Robert St-Amant pense que le stage d’étude sera composé de visites sur le terrain, de rencontres avec des coopérants d’autres organisations non-gouvernementales canadiennes actives sur le terrain et de gens du gouvernement vietnamien qui travaillent en développement communautaire. «Après une initiation à la vie vietnamienne d’une bonne semaine, on va sortir de la capitale en groupe ou en petites équipes selon les besoins des travaux de recherche des participants», explique le professeur.

D’ici ce temps-là, plusieurs soirées sont à prévoir devant l’ordinateur. «Le travail commence immédiatement. J’utilise beaucoup le courrier électronique pour communiquer avec les étudiants. Il faut planifier et préparer le voyage, et surtout pour les professeurs, faire clarifier les sujets de recherche», précise M. St-Amant qui en est à sa deuxième expérience du Séminaire. Il était professeur conseiller pour le Séminaire au Bénin en 1999. Bien plus, depuis quelques années, Robert St-Amant a accompagné des groupes en France, au Bénin, en Roumanie et République Dominicaine. «Mon travail a pris une nouvelle dimension, c’est une tournure intéressante», de conclure le professeur manifestement enchanté de cette nouvelle opportunité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *