Le 19 juin 2002

Série «La bonne bouffe chez nous » Le Café Maya de Vankleek Hill Un bon café au lait s’il vous plaît !

Par Lise-Anne Pilon-Delorme, collaboration spéciale


Le café Maya de Vankleek Hill est l’endroit idéal pour commencer une belle journée d’été ou simplement pour se remonter le moral, si on ne peut pas aller dans le champ… Chose fréquente ces temps-ci!

Dès que j’ai mis les pieds dans la porte de cet établissement, l’odeur indescriptible du bon café m’a chatouillée et a activé mes papilles gustatives. Il fallait que j’y goûte. Puis j’examine le menu. Une tentation insurmontable s’empare de moi pour une petite gaufre aux fruits accompagnée de crème fraîche. Sublime caprice auquel encore une fois je n’ai pu résister.

Mon partenaire a opté pour un bon café corsé et le traditionnel petit déjeuner américain ?bacon and eggs’ garni de pomme de terre. Moi qui ne raffole pas des pommes de terre, j’ai osé y goûter et je fus agréablement surprise. J’avoue que cela me réconcilie avec ce tubercule à cause de la touche mexicaine de Renata, la chef cuisinière. Elle se fera un plaisir de vous cuisiner des mets authentiques de son pays d’origine. En deux mots, le Café Maya m’a conquise.

Yvan et Renata se sont établis à Vankleek Hill en 1997 un peu par hasard. Leur idée première était d’ouvrir un café au Mexique mais comme les choses ne se passent jamais comme prévu, ils ouvrent le restaurant de leurs rêves à Vankleek Hill, Ontario.
«Une opportunité», me dit Yvan. Toutes les installations étaient ici. Cet ancien édifice de style victorien datant de 1896 était à l’origine la maison du docteur. À travers les ans, il a connu plusieurs visages dont celui de dépanneur et d’épicerie, puis de ?patate frite?.

Les belles armoires de bois où le médecin rangeait ses flacons médicinaux ont cédé leur place à des sauces caramel, du sirop au chocolat, du café de toutes les saveurs et bien entendu, la farine de maïs avec laquelle Renata fait ses fameuses gaufres. Les meilleures que j’ai jamais mangées!
Parlons-en de cette farine. Yvan l’importe, l’utilise et en vend même sur ses étalages. Il semble qu’au Canada on n’en produise pas de satisfaisante. Bien entendu, on retrouve dans nos épiceries une farine de maïs commerciale mais il ne s’agit pas du même produit. La farine de maïs qu’il recherche est tout à fait spéciale, me dit le propriétaire. «Je l’utilise pour faire mes tortillas et mes impanadas. Elle est plus fine que la farine de commerce que l’on retrouve». Avis aux entrepreneurs, c’est peut-être un nouveau marché à développer!

Yvan, le fils du boulanger de Grenville, l’homme à tout faire, le pilote de carrière a changé de cap. Il fabrique maintenant son pain et confectionne ses gâteaux à la maison. Il achète son café vert en poche de 70 kilos et fait lui-même la torréfaction. Son café est aujourd’hui vendu dans plusieurs restaurants, épiceries et dépanneurs. Renata, de son côté s’occupe de l’administration en plus d’être le chef de la cuisine. Elle a aussi une formation en info-tourisme et elle a été agente de voyages. Yvan et Renata engagent trois personnes pour les aider.

Cette petite entreprise de chez nous peut accueillir une trentaine de clients. À l’été, il y a une petite terrasse dans le jardin située derrière la maison et quelques tables sont installées à l’avant. Leurs spécialités sont les breuvages. Laissez-moi vous tenter par le Sattwa Chai-latte originaire de l’Inde. Cette boisson faite de thé noir organique se sert avec du lait et du sucre de canne. Elle est aromatisée avec de la cannelle et du clou de girofle. Une suggestion d’été cette fois, un breuvage à la purée de fruits frais servi sur de la glace. Pour ceux et celles du genre conservateur, restez-en au café, il y en a pour tous les goûts.

Alors si le c’ur vous en dit, arrêtez visiter vos hôtes Yvan et Renata au Café Maya, situé au 127 de la rue Principale à Vankleek Hill.

NDLR : Notre nouvelle chroniqueure culturelle Lise-Anne commence ici une collaboration spéciale pour partager avec nos lecteurs ses découvertes de restaurants et de tables champêtres situées en secteur rural dans l’Est ontarien. Si vous connaissez un bon endroit qui vaudrait la peine d’essayer et de présenter dans nos pages, n’hésitez pas à le faire savoir à la rédaction du Journal Agricom au (613) 488-2651.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le 19 juin 2002

Série «La bonne bouffe chez nous » Le Café Maya de Vankleek Hill Un bon café au lait s’il vous plaît !

Par Lise-Anne Pilon-Delorme, collaboration spéciale


Le café Maya de Vankleek Hill est l’endroit idéal pour commencer une belle journée d’été ou simplement pour se remonter le moral, si on ne peut pas aller dans le champ… Chose fréquente ces temps-ci!

Dès que j’ai mis les pieds dans la porte de cet établissement, l’odeur indescriptible du bon café m’a chatouillée et a activé mes papilles gustatives. Il fallait que j’y goûte. Puis j’examine le menu. Une tentation insurmontable s’empare de moi pour une petite gaufre aux fruits accompagnée de crème fraîche. Sublime caprice auquel encore une fois je n’ai pu résister.

Mon partenaire a opté pour un bon café corsé et le traditionnel petit déjeuner américain ?bacon and eggs’ garni de pomme de terre. Moi qui ne raffole pas des pommes de terre, j’ai osé y goûter et je fus agréablement surprise. J’avoue que cela me réconcilie avec ce tubercule à cause de la touche mexicaine de Renata, la chef cuisinière. Elle se fera un plaisir de vous cuisiner des mets authentiques de son pays d’origine. En deux mots, le Café Maya m’a conquise.

Yvan et Renata se sont établis à Vankleek Hill en 1997 un peu par hasard. Leur idée première était d’ouvrir un café au Mexique mais comme les choses ne se passent jamais comme prévu, ils ouvrent le restaurant de leurs rêves à Vankleek Hill, Ontario.
«Une opportunité», me dit Yvan. Toutes les installations étaient ici. Cet ancien édifice de style victorien datant de 1896 était à l’origine la maison du docteur. À travers les ans, il a connu plusieurs visages dont celui de dépanneur et d’épicerie, puis de ?patate frite?.

Les belles armoires de bois où le médecin rangeait ses flacons médicinaux ont cédé leur place à des sauces caramel, du sirop au chocolat, du café de toutes les saveurs et bien entendu, la farine de maïs avec laquelle Renata fait ses fameuses gaufres. Les meilleures que j’ai jamais mangées!
Parlons-en de cette farine. Yvan l’importe, l’utilise et en vend même sur ses étalages. Il semble qu’au Canada on n’en produise pas de satisfaisante. Bien entendu, on retrouve dans nos épiceries une farine de maïs commerciale mais il ne s’agit pas du même produit. La farine de maïs qu’il recherche est tout à fait spéciale, me dit le propriétaire. «Je l’utilise pour faire mes tortillas et mes impanadas. Elle est plus fine que la farine de commerce que l’on retrouve». Avis aux entrepreneurs, c’est peut-être un nouveau marché à développer!

Yvan, le fils du boulanger de Grenville, l’homme à tout faire, le pilote de carrière a changé de cap. Il fabrique maintenant son pain et confectionne ses gâteaux à la maison. Il achète son café vert en poche de 70 kilos et fait lui-même la torréfaction. Son café est aujourd’hui vendu dans plusieurs restaurants, épiceries et dépanneurs. Renata, de son côté s’occupe de l’administration en plus d’être le chef de la cuisine. Elle a aussi une formation en info-tourisme et elle a été agente de voyages. Yvan et Renata engagent trois personnes pour les aider.

Cette petite entreprise de chez nous peut accueillir une trentaine de clients. À l’été, il y a une petite terrasse dans le jardin située derrière la maison et quelques tables sont installées à l’avant. Leurs spécialités sont les breuvages. Laissez-moi vous tenter par le Sattwa Chai-latte originaire de l’Inde. Cette boisson faite de thé noir organique se sert avec du lait et du sucre de canne. Elle est aromatisée avec de la cannelle et du clou de girofle. Une suggestion d’été cette fois, un breuvage à la purée de fruits frais servi sur de la glace. Pour ceux et celles du genre conservateur, restez-en au café, il y en a pour tous les goûts.

Alors si le c’ur vous en dit, arrêtez visiter vos hôtes Yvan et Renata au Café Maya, situé au 127 de la rue Principale à Vankleek Hill.

NDLR : Notre nouvelle chroniqueure culturelle Lise-Anne commence ici une collaboration spéciale pour partager avec nos lecteurs ses découvertes de restaurants et de tables champêtres situées en secteur rural dans l’Est ontarien. Si vous connaissez un bon endroit qui vaudrait la peine d’essayer et de présenter dans nos pages, n’hésitez pas à le faire savoir à la rédaction du Journal Agricom au (613) 488-2651.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *