Volume 30 Numéro 09 Le 21 décembre 2012

Soya : saison record en Ontario


Photo archives I Lessard

André Dumont

Par André Dumont
Collaborateur
info@journalagricom.ca


Malgré la sécheresse qui a sévi dans certaines régions de l’Ontario, on se souviendra de la saison de soya 2012 comme la plus abondante à ce jour dans cette province.

Dans un compte rendu publié la semaine dernière, l’expert en grandes cultures du ministère de l’Agriculture de l’Ontario (MAAARO), Horst Bohner, fait état de plusieurs nouveaux records dans le soya.

Cette oléagineuse a été cultivée sur un peu plus d’un million d’hectares, du jamais vu. Si les prix du soya se maintiennent, cette superficie pourrait augmenter encore en 2013.

Dans des champs de régions ayant connu un déficit hydrique, la récolte s’est effectuée de façon prématurée, donnant parfois moins d’une demi-tonne à l’acre.

Par contre, la moyenne provinciale a atteint un sommet historique, à 1,3 tonne à l’acre (3,3 Tm/ha). Quelques producteurs ont rapporté avoir obtenu des rendements de 2,2 tonnes à l’acre (5,4 Tm/ha) à la grandeur d’un champ.

La plupart du soya a été semé dans les deux premières semaines de mai. Certains producteurs avaient pris de l’avance en avril. Dès le mois de mai, des régions ont manqué d’eau et le soya a connu des problèmes d’émergence.

Dans l’ensemble, les conditions se sont réunies pour propulser les rendements : des semis hâtifs, un long été avec des températures nocturnes élevées et des pluies au bon moment au mois d’août.

Les maladies foliaires et la pourriture blanche sont apparues de façon très timide. Les pucerons ont également été discrets, mais le tétranyque à deux points s’est beaucoup répandu et a réduit les rendements dans les champs les plus infestés.

Double récolte
La récolte de blé d’hiver ayant été devancée, certains en ont profité pour semer du soya et tenter d’obtenir deux récoltes en une saison. Comme prévu, le succès de cette pratique dépendait de précipitations au bon moment, en plein milieu d’été. Certains champs n’ont donc rien donné, d’autres atteignant des rendements d’une tonne à l’acre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *