Volume 28 Numéro 12 Le 16 février 2011

Survol du marché des grains

Jean-Philippe Boucher

Par Jean-Philippe Boucher
Spécialiste en mise en marché du grain
jpboucher@grainwiz.com


Les prix des grains terminent la semaine sur une note partagée. Par contre, un survol de différents sites de nouvelles et d’analyses financières permet de constater rapidement que le sentiment des marchés à l’égard des grains demeure dans l’ensemble toujours très optimiste (« bullish ») à moyen et plus long terme.

Bryce Knorr, analyste des marchés, Farm Futures :

« Les prix des grains sont à la recherche d’une direction ce matin, mais seulement si cette direction est à la hausse. Dans l’ensemble, le prix des grains demeure bien supporté après les résultats de cette semaine pour l’éthanol, les inventaires de maïs (américain) et la demande qui continue de progresser. »

Survol des prévisions de Rabobank réalisé par Tony C. Dreibus, Bloomberg :

« Des prix encore plus élevés sont à prévoir dans les marchés des commodités agricoles au cours des prochains mois en raison des risques favorables (« bullish risks ») qui persistent toujours dans le marché. La clé derrière notre prévision optimiste (« bullish ») est le manque d’un rationnement significatif de la demande jusqu’à présent, et ce, malgré le fait que les prix ont déjà atteint des niveaux très élevés. »

Mais en attendant à court terme, comme l’a signalé du côté du maïs dans son commentaire du matin le consultant en gestion de risque, M. Hamel, il semble que les prix des grains hésitent présentement à progresser davantage. La question reste à savoir maintenant si ce comportement découle uniquement d’une consolidation des prix basée sur des prises de profits ou si, suivant une panacée de nouvelles cette semaine, les marchés jugeraient simplement qu’il en faudrait encore un peu plus pour alimenter une nouvelle poussée intéressante des prix. Pour l’instant, selon les informations disponibles, il semble que la première possibilité soit la plus vraisemblable.

 

Prix du maïs

Supporté non seulement par la révision à la baisse des inventaires de fin d’année de maïs américain qu’a réalisé le USDA mercredi, mais également les excellentes ventes à l’exportation de maïs américain rapportées cette semaine, le prix du maïs a clôturé à nouveau la semaine en force.

Sur le contrat à terme de mars 11, il a gagné 0,08 $US/boisseau (3,13 $CAN/TM) pour clôturer à 7,0650 $US/boisseau (276,06 $CAN/TM). Pour la semaine, il s’agit d’un gain très intéressant de 0,2250 $US/boisseau (10 $CAN/TM). Mentionnons également qu’aujourd’hui, le prix du maïs a atteint un nouveau sommet inégalé depuis juillet 2008 à 7,0675 $US/boisseau (276,87 $CAN/TM).

Des gelées plus importantes que prévu au Mexique ont été signalées cette semaine et des dommages seraient à prévoir dans les cultures de maïs. Ceci pourrait amener le pays à importer davantage de maïs américain cette année. Comme l’a révélé le dernier rapport mensuel du USDA, les inventaires américains de maïs se devant d’atteindre leur plus bas niveau en 15 ans, cette nouvelle aurait contribué à alimenter la hausse du prix du maïs en fin de journée aujourd’hui.

Selon le USDA, au cours de la semaine dernière, les exportateurs américains sont parvenus à vendre pour 1 235 989 tonnes de maïs. Les marchés prévoyaient plutôt des ventes américaines de maïs à l’exportation d’en moyenne 900 000 tonnes. C’est la deuxième semaine consécutive que, pour la première fois depuis le début de l’année commerciale 2010-11, les ventes à l’exportation de maïs américain dépassent la barre des 1 000 000 tonnes. Alors même que le prix du maïs atteint de nouveaux sommets, ces fortes ventes à l’exportation de maïs américain laisseraient entendre que la demande mondiale de maïs ne semble pas fléchir malgré des prix élevés. Ceci constitue un signe très positif aux yeux de plusieurs analystes. Plusieurs croient maintenant qu’il faudra que le prix du maïs gagne encore plus de terrain pour non seulement rationner la demande, mais également inciter les producteurs américains à semer davantage de maïs au printemps prochain.

Certaines rumeurs circulent de plus en plus à l’effet que des usines américaines d’éthanol soient en difficultés. Par contre, mentionnons que le sentiment des analystes à ce sujet demeure partagé. Si cette rumeur peu représenter un signe avant-coureur, d’autres analystes très optimistes croient plutôt que la consommation de maïs pour la fabrication d’éthanol pourrait encore être révisé à la hausse par le USDA cette année de près de 4 millions de tonnes. Ceci ferait en sorte que l’utilisation de maïs pour la fabrication d’éthanol aux États-Unis friserait 130 millions de tonnes, soit pratiquement les 1/3 de leur production annuelle de maïs. Selon Rabobank, il faudrait que le prix du maïs dépasse 7,50 $US/boisseau (295 $US/TM) pour que les fabricants d’éthanol éprouvent de réelles difficultés financières.

 

 Techniquement, sur le contrat à terme de mars 11, le prix du maïs continue toujours sans relâche sa progression entamée maintenant depuis plus de 7 mois. Cette semaine, supporté par le rapport mensuel du USDA, il est parvenu à franchir un cap important en brisant sa barrière psychologique de 7 $US/boisseau (275,5 $US/TM). À moins d’imprévus, de l’avis de plusieurs analystes, le prix du maïs devrait maintenant se consolider avant de poursuivre sur sa lancé pour éventuellement aller tester son dernier sommet établi en juillet 2008 à 7,65 $US/TM (301 $US/TM).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *