Volume 27 Numéro 12 Le 17 février 2010

Travailler avec les médias pour faire avancer sa cause

Par Agricom


Laurence Poirier de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, a donné un petit atelier pour démystifier le contact avec les médias, le 9 février dernier.

Rencontrer les médias peut être une expérience éprouvante, surtout lorsqu’on n’est pas habitué à traiter avec ce monde? un peu intimidant. La présence de la caméra, du microphone, de l’équipe technique? sans compter les questions insistantes du journaliste qui veut savoir des choses précises pour les rapporter à la planète?

Pourtant, il est important que les agriculteurs racontent leur histoire et fassent connaître leurs bons coups, fait valoir Laurence Poirier, agente de communications à l’Union des cultivateurs franco-ontariens.

Elle va même plus loin. Elle suggère de se faire ami avec les journalistes assignés à sa région, d’aller au devant, les appeler, faire en sorte d’être disponibles quand ils ont besoin de nous’ et une superbe occasion se présente de vendre son événement, sa communauté et de projeter une image positive de l’agriculture francophone en Ontario.

Les médias recherchent les gens d’actions. Les gens qui font des choses et qui veulent bien partager leurs réussites, leurs projets, leurs défis. Le portrait correspond bien à l’agriculteur, personne d’action par excellence, entrepreneur souvent très impliqué socialement qui a à c’ur de faire avancer ses projets et ceux de sa communauté.

En agriculture, la nouvelle peut être facile, parce que nous touchons plusieurs sphères de la vie des gens. Leur vie et leur santé ? on les nourrit. Leur plaisir ? la campagne fournit une inspiration à presque tout le monde. Ce qui affecte la campagne, touche beaucoup de monde!

Foncer et laisser ses peurs de côté, c’est bien ! Mais vaut mieux être bien préparé, avertit Laurence.

On fonce, mais les yeux grand ouverts : ne pas hésiter à questionner le journaliste. Où ce sera diffusé ? À quel auditoire s’adresse-t-on ?

Est-ce une nouvelle ponctuelle (et forcément très courte où faudra synthétiser au max.), ou est-ce au contraire un reportage plus en profondeur qui demandera plus de préparation préalable et une plus grande disponibilité?

Il est important de faire sa petite enquête, insiste Laurence. Quitte ensuite à demander un temps de préparation de quelques heures, afin de préparer son message: qu’est-ce qu’on veut vraiment faire passer comme message? car on ne veut pas raconter n’importe quoi.

Pour bien se préparer, on consultera les dix commandements de l’entrevue (voir plus bas). Il faut prendre conscience que « communiquer n’est pas s’exprimer, mais tenter de transmettre un message ! »

Mais le bénéfice dans tout ça, peut-on se demander ?

De la visibilité extraordinaire, qui ne s’achète vraiment pas en publicité. Et comme porte-parole de l’agriculture, on a la chance de pouvoir faire passer son message et de parler des choses qui nous tiennent à c’ur, des réussites, de la relève, etc.

En fait, c’est si important de bien parler aux médias et de faire (peut-être) un petit effort de plus pour bien recevoir le journaliste.

Pourquoi ? Ce qui est en jeux ici, c’est toute l’opinion du public non-agricole qui se forge et se reforge au fil des jours.

Et si on n’entend jamais raconté l’histoire des agriculteurs venant d’eux-mêmes, qui sait ce que les gens peuvent inventer !

Pour ceux qui veulent en savoir plus, il y a une excellente référence sur le sujet: Comment parler aux médias, par Bernard Motulsky et René Vézina, aux Éditions Transcontinental, 148 pp.


Les 10 commandements pour accorder une bonne entrevue

? Avant l’entrevue:
1. Tu sauras ce que tu veux
2. Tu prendras le bon chemin
3. Tu te prépareras avec soin

? Pendant l’entrevue :
4. Tu joueras le jeu
5. Tu diras ce que tu as décidé de dire
6. Tu seras clair et bref
7. Tu resteras toi-même

? Après l’entrevue :
8. Tu évalueras calmement ta performance
9. Tu feras contre mauvaise fortune bon c’ur
10. Tu y trouveras du plaisir

source: Comment parler aux médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *