Volume 33 Numéro 04 Le 09 octobre 2015

Un bel été et une bonne récolte


Marc Dumont

Par Marc Dumont
Correspondant – Nord de l'Ontario
info@journalagricom.ca


Après les récoltes désastreuses de 2014 au Témiskaming, 2015, c’est l’abondance. « Cette année, c’est excellent », affirme Yves Sansoucy, producteur agricole de Belle Vallée. Il a récolté 2,25 tonnes à l’acre pour l’avoine et le blé. Quant à l’orge, c’est 2,50 tonnes à l’acre. « Certains ont eu des résultats encore meilleurs », ajoute-t-il. Yves a donc bien réussi ses récoltes et c’est aussi le cas pour les autres cultivateurs du Témiskaming et des environs. Prenons l’exemple de l’avoine, il s’en est semé beaucoup plus au Témiskaming que l’an dernier. Après l’été de 2014, les cultivateurs avaient moins le goût du risque. L’avoine pousse bien dans le nord de l’Ontario et elle coûte moins cher à produire parce qu’elle exige moins d’intrants.

Les rendements de cette année mettent cependant en évidence le manque d’entreposage au Témiskaming. Les trois élévateurs commerciaux sont pleins. « On a refusé du monde. La demande pour l’avoine est faible, ça ne sort pas », commente Dominique Nackers de l’élévateur de la Co-op Régionale de Nipissing-Sudbury au Témiskaming. « Les installations de Quaker Oats à Peterborough ne semblent pas pressées et plutôt que de retarder la récolte, des producteurs ont fait preuve d’ingéniosité en improvisant des structures temporaires ou en se servant d’un bâtiment pour entreposer l’avoine en vrac », mentionne d’autre part, Daniel Tassé, agronome et spécialistes en grandes cultures au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario.

Le problème d’entreposage n’est pas nouveau au Témiskaming. Il y a plus d’une vingtaine d’années, des agriculteurs avaient cotisé 10 000 $ chacun pour bâtir des silos afin de pouvoir fournir des céréales à longueur d’année et de profiter des meilleurs prix. Mais l’aventure n’avait pas été à la hauteur des promesses et La Co-opérative Régionale de Népissing-Sudbury était venue à la rescousse. Depuis, il y a de plus en plus de capacité d’entreposage mais cela demeure insuffisant. Les besoins augmentent à cause du déclin du nombre de fermes laitières et de l’augmentation du nombre d’acres consacrés aux grandes cultures. À cela, il faut ajouter que dans les dernières années, il s’est défriché et drainé beaucoup de terres. Les propriétaires d’élévateurs ont peine à suivre. La Co-op Régionale, de son côté, ajoutera un autre silo à ses installations au Témiskaming dès le printemps 2016.

La récolte n’est pas encore terminée au Témiskaming, il reste du maïs et du soya. Une nouvelle culture est à l’essai. C’est la gourgane.  Il s’en est semé 600 acres. Il reste aussi à voir le niveau de dommage causé par la cécidomyie du chou-fleur dans le canola. Soyez à l’affût, il y aura un article prochainement avec un portrait complet de l’été 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *